“Il n’y a aucune rupture entre le FCC et le CACH” estime Serge Kadima, communicateur du FCC lors d’une interview exclusive accordée ce dimanche 21 juillet à Politico.cd en rapport avec la formation du Gouvernement et les relations actuelles entre le FCC et le CACH.

Selon lui, les grands principes ont déjà été établis mais il reste un problème de profil des personnes ministrables comme l’a rappelé le dernier communiqué du FCC qui demandait à ses sociétaires d’amener au plutard le 22 juillet les critères pour les profils des personnalités qui vont animer les départements ministériels.

“Il fallait d’abord fusionner les programmes de Ramazani Shadary et de Félix Tshisekedi. Ce qui ne pouvait prendre deux semaines étant donné qu’il fallait un toilettage. Nous avons reçu à faire la mise en cohérence de ce programme. La deuxième étape était sur la taille du Gouvernement. Quels sont les ministères qu’il fallait dans ce programme pour amener le pays vers l’émergence. Il reste maintenant le problème des profils pour ceux qui vont animer ces ministères…,” a-t-il indiqué.

Et de poursuivre:”Il n’était pas important de faire un gouvernement pour le plaisir de le faire ou pour faire à qui que c’est soit.”

En ce qui concerne la place des jeunes dans le futur gouvernement, ce haut cadre du FCC estime que l’appel de Joseph Kabila aux jeunes avant la remise et reprise est toujours actuel et que ces derniers doivent impérativement être représentés dans le futur gouvernement.

Malgre les désaccords sur plusieurs sujets, Serge Kadima est optimiste quant à l’avenir de la coalition FCC-CACH étant donné qu’elle est voulue selon lui par la population et reflète les élections de 2018.

“Il y aura de temps à temps des chocs mais le plus important est notre capacité nous les acteurs politiques, nous les responsables à transcender les problèmes. L’éclatement de la coalition FCC-CACH est nefaste et aura une lncidence sur nos compatriotes et la santé de notre pays,” a-t-il conclu.

Thierry Mfundu