La cour militaire de l’ex-province orientale démembrée a enfin statué ce mardi 16 juillet sur le dossier de l’assassinat d’un exploitant chinois et son garde du corps en juin dernier sur l’axe routier Bunia-Nyakunde dans la province de l’ituri.

Au cours de cette audience , le député provincial Didier Boyoko ,incriminé dans l’affaire comme commanditaire, a écopé 20 ans de servitude pénale.

Cet élu de Mambasa a été condamné à ces peines avec 6 autres personnes dont 4 militaires FARDC et sommés de payer une amende de 20. 000 dollars américains. 5 autres militaires ont requis une peine capitale de 3 ans et deux civils acquittés dont un chauffeur du député Didier Boyoko , mis aux arrêts dans l’optique des enquêtes.

Ils sont tous accusés pour association des malfaiteurs arrêtés le 20 juin 2019 près de la ville de Beni et transférés à Bunia pour la suite des enquêtes sur ce meurtre du sujet chinois.

Selon la cour , ces militaires et d’autres prévenus sont définitivement dégradés et voir même radiés des rangs des forces armées congolaises.

Le députe provincial Didier Boyoko , quand à lui , ne pourra plus siégé à l’Assemblée provinciale et ne fera guère la politique pendant 10 ans , précise la cour militaire.

Ces derniers ont légalement 5 jours pour aller en appel après ces verdicts.

Les 12 lingots d’or retrouvés au près de ces bourreaux après leur forfait d’assassinat sont remis à l’État Congolais et la société chinoise n’œuvrera plus en Ituri suite au manque de certains documents officiels , soulignent d’autres sources à POLITICO.CD

Serge Sindani | POLITICO.CD