Le président de l’Union des Jeunes Katangais (UJK) a recouvert sa liberté. Arrêté depuis le 16 juin dernier, c’est finalement ce 15 juillet 2019 que Paul Mwenz a été relâché.

Reproché de pactiser avec le mouvement insurrectionnel Bakaka-Katanga, Paul Mwenz a été innocenté d’après ses proches. La nouvelle est bien accueillie par l’UJK qui se félicite que son leader soit remis en liberté.

En effet, Paul Mwenz a été interpellé à l’ANR Lubumbashi puis transféré à Kinshasa. Son arrestation est intervenue quelques jours après l’adresse d’un mémorandum au président de la république, dans lequel, l’UJK sollicitait connaître les statistiques de productions minières du Katanga 2008 à 2019 et leurs retombées en redevances. Cette organisation avait accordé un mois aux autorités concernées de fournir les informations souhaitées.

L’UJK avait alors annoncé qu’elle envisagerait une deuxième phase de ses revendications, si endéans 30 jours elle n’est pas fixée. Mais dans un récent communiqué, elle a renoncé à cette démarche, au motif que son initiative a été mal interprétée.

L’Union des Jeunes Katangais (UJK) pointée de prôner l’indépendance du Katanga, a toujours rejeté ces accusations. Elle se déclare être une association sans but lucratif dont les objectifs sont:- consolider l’unité entre jeunes Katangais(1); – défendre les intérêts communs des Katangais(2); et – rechercher le développement intégral du Katanga(3), précise t-elle.

Junior Ngandu | politico.cd