25.5 C
Kinshasa

Le Groupe Léopards

mercredi, février 26, 2020
Publicité

Delly Sesanga déterre le débat de la présidentielle à deux tours

L’alternance pacifique survenue à la tête de la République démocratique du Congo en janvier 2019 n’a pas résolu la question de légitimité du Chef de l’État issu des élections. Comme Joseph Kabila en 2011, Félix Tshisekedi a été élu avec moins de 50% de l’électorat. Pour cause, la présidentielle à un seul tour à laquelle ont pris part plus de 10 candidats.

Le parti du député national élu de la circonscription de Luiza au Kasaï central, Delly Sesanga en conclave du 11 au 13 juillet a formulé la recommandation portant “rétablissement des deux tours de l’élection présidentiel” afin permettre à plusieurs congolais de s’identifier au président élu après les élections.

Et pour y parvenir, il passer par la révision de la constitution, sujet qui suscite tant de réticences tant dans la classe politique congolaise que dans l’opinion nationale. Mais Delly Sesanga met de garde-fous dans sa démarche. Bannir le tabou, tout en se gardant de toucher aux dispositions verrouillées de la loi mère. Notamment, le nombre de mandats limité à deux, chacun à 5 ans et l’élection au suffrage universel direct.

Selon lui, la constitution “est un acquis qu’il faut préserver et au besoin, si cet acquis arrivait à être menacé, il faut se mobiliser à nouveau contre retour en arrière. C’est une digue que le peuple RD-congolais a élevé sur la voie de la construction et de la consolidation de la démocratie“, a-t-il précisé.

Si révision de la constitution il y aura, il faudra en même temps en profiter pour ouvrir l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs de provinces jusqu’à ” toutes listes présentes à l’Assemblée nationales”. Aussi, “élargir la composition du Conseil supérieur de la magistrature à l’exécutif et à la société civile pour assurer un contrôle plus effectif sur le service public de la justice”.

Votée en 2005, la constitution de la République démocratique du Congo prévoyait l’élection du président de la République en deux tours au cas où aucun candidat n’obtenait plus de 50% au premier tour. À la veille des élections de 2011, la Majorité parlementaire acquise à Joseph Kabila a modifié cette disposition constitutionnelle pour ramener la présidentielle à un seul tour. A ce jour, c’est le FCC de Joseph Kabila qui détient encore la majorité dans les deux chambres du parlementaire.

- Publicité -

EN CONTINU

Affaire prêt supposé obtenu par le FPG au FPI: les avocats de l’ancien ministre Tryphon Kin-Kiey Mulumba saisissent la justice

Dans un communiqué de presse datant du 25 février 2020, les avocats conseils de Tryphon Kin Kiey Mulumba, plusieurs fois ministres et...

RDC: Les avocats de Samih Jammal sollicitent son transfert dans un hôpital à cause d’un malaise

Arrêté pour le présumé détournement de 57 millions USD destinés à la construction des maisons préfabriquées dans le cadre du programme de...

Programme de 100 jours : un militant du collectif des citoyens indignés demande pardon à Amato Bayubasire pour l’avoir accusé de détournement sans preuve

Quelques jours après le dépôt de la plainte contre Augustin Ntaitunda à la cour d’appel de Bukavu, celui-ci vient de demander pardon...

Coronavirus: plus de 140 étudiants congolais bloqués en Chine, les parents appellent Félix Tshisekedi à réagir

Plusieurs étudiants congolais sont encore bloqués en Chine alors que l'épidémie de Coronavirus y fait rage.Face à cette...

Ramazani Shadary a réussi durant ces deux années, à placer le PPRD au premier plan dans l’échiquier national ( Cellule de communication )

Dans une une vidéo diffusée par la cellule de communication du PPRD et qui nous est parvenue ce mercredi 26 janvier 2020,...

notre sélection

Entrepreneuriat: les albinos formés sur les techniques de fabrication de produits cosmétiques bio pour leurs peaux grâce à Vodacom

Désormais, les albinos peuvent fabriquer eux-mêmes leurs produits cosmétiques bio pour la peau grâce à une formation organisée par la Fondation Vodacom...

« Congo Faut Ebonga », la campagne qui veut “réparer” la RDC

"Il faut que le Congo change", ou encore, "le Congo doit se développer." Le slogan lancé sur les réseaux sociaux il y...

Une “gaffe” s’est-elle glissée dans l’ordonnance présidentielle nommant les nouveaux hauts magistrats en RDC?

Une gaffe se serait glissée dans l'ordonnance présidentielle nommant les nouveaux Hauts magistrats le 07 février 2020 dernier, révèlent plusieurs internautes et...
SAVE 20%
off Individual Membership every year you're a member with us
Click here to join