L’Assemblée plénière du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et Communication, CSAC, a au cours d’une session extraordinaire tenue à Kinshasa le 11 juillet, pris un certain nombre de mesures relatives au secteur médiatique qu’il régule.  

Entre autre, la coupure du signal de la RTVS1 depuis quelques semaines, au grand mécontentement de ses agents. Estimant cette affaire relevant de sa compétence, le CSAC a décidé de saisir la ministre a.i de la communication et médias pour qu’elle lui transfère ce dossier, avec tous les éléments à sa disposition, afin que cette dernière examine les dérives et manquements reprochés à cette entreprise médiatique.
 
“Nous avons reçu leur mémo qui nous demande de nous impliquer dans ce dossier et nous avons saisi la ministre de la communication et médias pour nous transmettre ce dossier en vue d’une mise en procédure éventuelle pour examiner les dérives et les manquements constatés dans ce média. Pour le moment, nous n’avons pas d’éléments pour dire quoique ce soit pour ce dossier“, a fait savoir la porte-parole du CSAC Chantal Kanyimbo, après la plénière. 

Au cours de la semaine dernière, les agents de la RTVS1 ont organisé une marche de protestation pour réclamer le rétablissement du signal de leur chaîne. ” RTVS1 n’est pas Lamuka “, scandaient-ils. La marche a été dispersée par la police. Ce n’est que le lendemain que les organisateurs ont pu déposer leur mémo au CSAC.

Le signal de cette télévision appartenant à l’ancien premier ministre Adolphe Muzito et un des leaders de la plateforme politique Lamuka, a été interrompu le 29 juin pour s’être distinguée dans “les insultes au Chef de l’État” à travers son programme “spécial Lamuka”. Mais les responsables de la RTVS1 disent n’avoir reçu aucun document officiel leur signifiant leurs fautes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *