l'info en continu

Répression des manifestations à Goma: le général Philémon Yav interdit l’usage des armes létales

- Publicité-

Ce mercredi 03 juillet au cours d’une parade à Goma, le commissaire supérieur général adjoint chargé de l’administration de la police a interdit aux policiers de recourir aux armes létales au cours des manifestations pacifiques publiques.

 » Il est inconcevable que la police use des armes à feu contre les manifestants non armés qui ne sont pas là pour renverser le régime mais qui réclament quelque chose, » a-t-il dit aux policiers.

- Publicité-

Pour Philemon Yav, « la police doit être là pour encadrer ces manifestants. »

Le commissaire supérieur général adjoint chargé de l’administration de la police a émis le vœu de voir zéro mort pendant les manifestations populaires.  » Ces dernières doivent se clôturer dans un climat bon enfant entre la police et ceux qui manifestent car, s’est-il justifié, ils ne sont pas des ennemis, plutôt des adversaires. »

Revenu sur sa mission au Nord Kivu, le le commissaire supérieur général adjoint chargé de l’administration de la police dit être venu rappeler aux policiers que les manifestants ne sont pas leurs ennemis. « Nous sommes venus rappeler à la troupe du Nord-Kivu que les manifestants ne sont les adversaires de la police.
Ils ne sont pas leurs ennemis et ne viennent pas renverser le régime en place, ne sont pas porteurs d’armes. Les manifestants viennent exprimer leur mécontentement suite à une situation quelconque.
Voilà pourquoi, la police à l’intérêt de traiter les manifestants comme adversaires et nous devons les encadrer tenant compte des directives de l’autorité provinciale. Les Encadrer soit les disperser, nous devons utiliser les armes non létales, les armes qui ne tuent pas, qui ne blessent pas
», a-t-il instruit aux agents de l’ordre.

Il sied de noter que dimanche 30 juin dernier à Goma, la police a réprimé une marche pacifique de la coalition politique Lamuka en tirant des gaz lacrymogènes et des balles réelles. Un d’entre eux avait été touché par balle et dépêché à l’hôpital pour les soins médicaux. Il a rendu l’âme l’après-midi de ce mardi 02 juillet.
Dans le communiqué de la police, on a noté que plusieurs manifestants avait des armes à feu.
Ce que la coalition Lamuka a rejeté.

Thierry Mfundu

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU