Le président de la République Félix Tshisekedi a coupé court aux rumeurs faisant état de la présence des soldats rwandais sur le sol congolais pour traquer les groupes rebelles à l’est de la RDC. Même si le Congo a besoin de l’implication de ses voisins pour l’éradication effective des groupes armés “locaux” et “étrangers” qui sèment la terreur à l’est de la RDC, cette implication a des limites selon Félix Tshisekedi.

“Je ne crois pas que nous ayons besoin d’en arriver là. Je ne pense pas. Mais en revanche, il y a une très bonne entente que ce soit avec le Rwanda ou avec l’Ouganda, le Burundi. Bref, avec tous les voisins. Donc, c’est pour cela que j’ai, dès mon accession aux affaires de l’État, entamé cette tournée régionale ou ces tournées régionales, parce que j’en ai fait plusieurs. C’est dans le but d’établir une coopération entre ces pays et nous, pour évidemment unir nos efforts, nos intelligences, nos capacités afin d’éradiquer tout cela“, a-t-il déclaré au cours d’une interview accordée à RFI et France24 le 29 mai.

Or, l’histoire récente entre la RDC et le Rwanda est caractérisée de méfiance. Plusieurs rapports de l’ONU notamment et des organisations des droits de l’homme ont pointé du doigt le pouvoir de Kigali, l’accusant d’entretenir les groupes armés qui attaques la RDC. Mais Félix Tshisekedi qui a brisé la glace entre ses deux pays, donne du crédit à son homologue rwandais, mais aussi à ceux d’autres pays

A la question de savoir si Paul Kagame est un partenaire fiable à ses yeux dans l’éradication des groupes armés à l’est, Félix a répondu par l’affirmatif : “Ah oui, absolument. Et nécessaire. Paul Kagame, Yoweri Museveni, Pierre Nkurunziza et bien d’autres sont des partenaires essentiels pour la paix et la sécurité dans la région”.