La porte-parole de la mission onusienne en RDC a réagi aux différents propos tenus par les contractants individuels de la Monusco lors de leur sit in effectué ce mercredi 26 juin à Goma.

Ces derniers remettaient en cause les clauses signées au mois de janvier par leurs représentants dont ils ne reconnaissent plus la qualité. Pour Florence Marchal, la MONUSCO a respecté tous les engagements qui la liait à ces contractants individuels.

C’est une situation qui ne date pas d’aujourd’hui. Nous avons respecté nos engagements vis à vis d’eux.
La MONUSCO comme toute mission des nations n’a pas vocation à rester éternellement en RDC.
Même si ces gens ne reconnaissent plus leurs amis qui ont signé. Cela nous importe peu
,” a-t-elle déclaré à Politico.cd.

Et de poursuivre: ” C’est toujours frustrant de perdre le boulot mais ils devaient le savoir puisque la monusco qui a subi des coupes budgétaires devaient normalement se separer d’une grande masse salariale car ne pouvant plus remplir toutes ses obligations. Ils étaient prévenus et ils ont signé le document. Pourquoi se retractent-ils aujourd’hui?
S’ils ont un problème ce n’est pas avec la MONUSCO mais c’est entre eux

Rappelons que la MONUSCO a décidé de couper 764 postes suite à des contraintes budgétaires.
Parmi ces 764 postes coupés, 522 sont occupés par le personnel congolais. Ce qui représente 24% des postes nationaux contre 19% des postes internationaux concernés.

Thierry Mfundu