Le Conseil Norvégien pour les Réfugiés (NRC) appelle la communauté internationale à trouver d’urgence des solutions pour mettre fin à l’effusion de sang et empêcher une catastrophe humanitaire.

Car dans cette région où sevit déjà l’épidémie d’Ebola, près de 300 000 personnes ont été forcées de fuir à la suite de violences faisant état de viols et de massacres de populations civiles.

Selon elle, la Communauté internationale ne semble pas préoccupée par cette situation humanitaire. Et cette crise humanitaire, les déplacements forcés en Rdc restent comme un non événement par le reste du monde.

Pour Maureen Philippon, Directrice pour le Conseil Norvégien pour les Réfugiés(NRC) en RDC, le manque de fonds, la quasi ou l’absence totale d’accès humanitaire en raison de l’insécurité,de la propagation d’un virus mortel et de nouvelles personnes déplacées causent le désatre en République Démocratique du Congo.

Nous assistons en Ituri à un niveau de violence quasi sans précèdent avec des atrocités contre les populations civiles et des violations des droits de l’homme. Une fois de plus, ce sont les civils qui paient le prix de cette violence“,a t-elle dit.

Philippon a par ailleurs déclaré que les conséquences de la violence en Rdc sont constatées chaque jour sur le terrain.

Elle a notifié que leur organisation va fournir aux personnes déplacées de Bunia de la nourriture, des abris et des articles ménagers essentiels pour leur permettre de cuisiner et se doucher.

Au 25 juin, les agences humanitaires avaient reçus 21% des fonds requis. Cette dernière situation d’urgence risque d’épuiser les ressources humanitaires disponibles.

Jeancy Ngampuru /POLITICO.CD