La tension monte de plus en plus entre les anciens députés provinciaux et personnels politiques et d’appoint des assemblées provinciales sortantes. Le noeud du problème ce sont les indemnités de sortie.
Les députés provinciaux sortants, qui cherchent à se faire payer seuls les indemnités de sortie et arriérés de salaires de six mois.

Selon les informations qui nous sont parvenues, le ministère des finances aurait débloqué une somme au titre des indemnités de sortie au profit des anciens députés provinciaux. Curieusement, il a oublié les personnels politiques et d’appoint ainsi que les assistants parlementaires.

Au Kongo central par exemple, une somme de 345.500.000 fc a été libéré au profit de 26 députés considérés comme seuls bénéficiaires. Et, ces derniers n’entendent pas céder le moindre franc congolais aux agents qui les ont accompagnés et servis durant 12 ans.

Les agents qui se sentent floués ont entrepris des démarches auprès du bureau de la nouvelle assemblée provinciale pour qu’une solution à l’amiable soit trouvée. Pour ce faire, les personnels ont créé un collectif pour entrer dans leur droit.

Ils ont adressé une missive au procureur général près la cour d’appel de Matadi pour que les fonds disputés soient bloqués, en attendant qu’une solution soit trouvée pour départager les deux parties.

« Il est tout de même inadmissible que ces anciens députés provinciaux nous traitent comme des moins que rien», a déclaré dans l’anonymat un de ces agents dans un media local.

“Il y a eu sans doute un arrangement particulier entre ces députés provinciaux et ministères des finances et du budget pour écarter les agents de toutes les anciennes assemblées provinciales, moyennant opération retour», estime un autre.

Toutefois ces agents ont décidé de ne pas baisser les bras et de se battre jusqu’au bout pour obtenir ces indemnités. Et de conclure : « Nous sommes prêts à aller loin dans cette histoire pour obtenir nos indemnités de sortie». 

Hormis les indemnités de sortie, l’État doit également six mois de salaires non payés aux agents des assemblées provinciales sortantes de tout le pays.
Du côté des anciens deputés provinciaux, personne n’a voulu nous donner un renseignement quelconque.
Mais l’un d’eux a estimé que ces revendications sont légitimes mais ne les concernent nullement.

Thierry Mfundu