l'info en continu

Sud-Kivu : des réfugiés dénoncent leurs conditions d’hébergement

- Publicité-

« Avançons ensemble avec les réfugiés «  ; c’est le thème qui a réuni les réfugiés du monde entier, ce 20 juin, journée de la célébration de la journée mondiale des réfugiés.

- Publicité-

Depuis 1994, avec le génocide du Rwanda et l’instabilité de la région des Grands Lacs africains, la question des réfugiés reste toujours d’actualité en RDC.

Selon les statistiques fournies par l’agence onusienne pour les réfugiés, HCR, environ 537 238 réfugiés burundais, rwandais, centrafricains et sud-soudanais sont encore présents sur le sol congolais, malgré le processus de rapatriement volontaire de ces réfugiés.

Au Sud-Kivu, la CNR dénombre au total 82 711 réfugiés dont 44 000 burundais ; 36 566 Rwandais et 1 018 réfugiés urbains.

A Bukavu, le Haut Commissariat pour les Réfugiés, HCR et la Commission nationale pour les réfugiés, CNR, ont réuni les réfugiés rwandais et burundais se trouvant dans le centre de transit à Bukavu, pour la célébration de cette journée.

A l’occasion de cette journée, les réfugiés dénoncent les conditions dans lesquelles ils vivent. Ils ont témoigné à Politico.cd que leurs droits ne sont pas respectés.

Ils disent que leurs enfants n’ont pas accès à l’éducation, ni aux soins de santé de qualité. Ils sont obligés de payer 50% des frais à leur mutuelle de santé pour accéder aux soins.

Thierry M. RUKATA/Politico.cd

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU