Le sous-secrétaire d’État adjoint à la démocratie, aux droits humains et au travail Scott Busby s’est rendu à Kinshasa et à Goma du 17 au 21 juin pour promouvoir la démocratie et les droits humains en République démocratique du Congo (RDC) selon un communiqué de l’ambassade des USA.

La visite du sous-secrétaire adjoint Busby fait partie de cet effort convenu lors de la visite du président Tshisekedi à Washington D.C. en avril de travailler ensemble au renforcement des droits humains dans le cadre du Partenariat privilégié pour la paix et prospérité Etats-Unis – RDC.

À Kinshasa, le sous-secrétaire adjoint Busby a rencontré le président Félix Tshisekedi, le premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, la présidente de l’Assemblée nationale Jeanine Mabunda, le commissaire général de la Police nationale Dieudonne Amuli, des hauts responsables militaires de la RDC, la ministre des Droits humains Marie-Ange Mushobekwa, le ministre de la Justice a.i. Azarias Ruberwa, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), des représentants de la société civile congolaise et le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme.

Durant son séjour, le sous-secrétaire adjoint Busby a souligné que le premier transfert pacifique de pouvoir en RDC offre une occasion sérieuse de renforcer le respect des droits humains et de lutter contre la corruption et l’impunité, ainsi qu’une opportunité pour notre ferme volonté d’aider le président Tshisekedi à aborder ces questions.

« La question de la responsabilité est importante dans le monde entier, mais elle est particulièrement fondamentale ici au Congo en raison de l’histoire d’impunité du pays », a déclaré le sous-secrétaire adjoint Busby.

« Les États-Unis sont prêts à aider le gouvernement de la RDC à demander des comptes à ces individus, dont certains occupent encore des postes leur conférant de l’influence et du pouvoir, qui sont responsables de graves violations des droits humains ou de grands actes de corruption

Le sous-secrétaire adjoint Busby a salué les nombreuses actions entreprises par le président Tshisekedi depuis son élection pour accentuer le respect des droits humains, ouvrir l’espace politique et renforcer l’état de droit. Sous-secrétaire adjoint Busby a aussi précisé que « la société civile demeure essentielle pour changer ce pays » et a encouragé le gouvernement à travailler en étroite collaboration avec elle.

Il a également soulevé l’importance de rechercher la justice dans le cas des meurtres des experts onusiens Michael Sharp et Zaida Catalan.

Dans l’est de la RDC, à Goma, le sous-secrétaire adjoint Busby a rencontré des dirigeants du gouvernement local, des responsables de la police locale, des organisations de la société civile et des représentants de la Mission de maintien de la paix des Nations Unies en RDC (MONUSCO).

Le Sous-secrétaire adjoint Busby a relevé les violations flagrantes des droits humains qui continuent d’être commises par des groupes armés présents et l’importance pour le gouvernement de mettre au point une approche globale pour faire face à ce problème. Il a aussi exprimé nos préoccupations constantes concernant le recours à la force excessive par la police de Goma contre des manifestants pacifiques.

Les Etats-Unis et la RDC ont convenu de tenir un dialogue officiel sur les droits humains plus tard cette année. « Le gouvernement des Etats-Unis », a déclaré Busby, “se réjouit de collaborer étroitement avec la RDC pour faire avancer davantage la démocratie et la protection des droits humains.”

Thierry Mfundu