Après plusieurs relaxations des otages, victimes des rapts perpétrés par les Forces Démocratiques et Alliés ( ADF), plusieurs organisations locales fustigent le viol commis sur ces otages dont la plus part sont des femmes et filles.

Ces organisations révèlent que plusieurs filles et femmes ont été engrossées par ces miliciens, tout en ne sachant même pas les resonsables des grossesses. Elles pensent que cela constitue des violences graves faites aux femmes, et les auteurs doivent être impérieusement poursuivis.

Depuis que nous avons vécu des situations de guerre ici à Béni, Nous avons réceptionné des filles qui ont été rendues grosses par les ADF là bas. Cela constitue les violences sexuelles faites aux femmes durant la périodede guerre. Ces auteurs doivent être traduits en justice “, a déclaré à Politico.CD Janvier Kasereka Kasairyo du Centre d’études pour la promotion de la paix et les droits de l’homme (CEPADHO).

À part ces femmes et filles engrossées, plusieurs autres, sont toujours en détention et elles sont victimes des mariages forcés.

Zanem Nety Zaidi