Tous les décès à l'hôpital de Mangina sont enterrés en toute sécurité pendant l'épidémie d'Ebola en cours, qu'ils soient atteints d'Ebola ou non. Photo : OMS

Convoqué par le Directeur Général de l’OMS ce vendredi 14 juin 2019, une réunion du Comité d’urgence pour le Règlement Sanitaire International a eu lieu pour faire état de la situation actuelle de l’épidémie d’Ebola.

Le Comité d’urgence a conclu que l’épidémie d’Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri ne constituait pas une urgence de santé publique de portée internationale, bien qu’elle constitue une urgence sanitaire pour la République Démocratique du Congo.

Évolution positive des tendances épidémiologiques dans les épicentres de Katwa et Butembo

Le Comité a noté que les tendances épidémiologiques évoluent positivement dans les épicentres de Butembo et Katwa.

Toutefois, la riposte recommence à faire face à des défis liés à l’acceptation de la communauté et la sécurité dans des zones telles que Mabalako où l’épidémie a repris récemment.

Par ailleurs, la riposte continue à être limitée par le manque de financement adéquat et des ressources humaines limitées.

Le Comité a félicité la communication et la collaboration entre la RDC et l’Ouganda qui ont permis de contenir rapidement les cas d’Ebola ayant traversé la frontière.

La réponse rapide de l’Ouganda prouve l’importance des activités de préparation des pays frontaliers à la RDC.

Après de longs débats, le Comité a considéré que les critères pour déclarer une urgence de santé publique de portée internationale n’étaient pas remplis.

Le Comité a considéré que toutes les mesures de santé publique et recommandations nécessaires pour mettre fin à l’épidémie étaient déjà mises en œuvre par l’OMS et les pays touchés.

TBM