Plus d’une dizaine de députés de la coalition viennent d’être invalidés par les récents arrêts de la Cour constitutionnelle. Dans ce qu’ils considèrent comme “un schéma visant le musellement de l’opposition et la confiscation de la souveraineté du peuple“, les députés de la coalition LAMUKA exigent de la haute Cour de corriger ces irrégularités commises dans ces arrêts rendus hors délai et à des heures indues.

Dans une déclaration lue pour le compte de l’opposition, Jacques Ndjoli, élu MLC et porte-parole du groupe, fait savoir que les députés de l’opposition exigent ni plus, ni, moins la correction des arrêts iniques rendus par la haute Cour.

M. Ndjoli affirme:

  1. La Cour a rendu ces arrêts au-delà du délai, soit 150 jours et cela à des heures indues.
  2. Relevons que ces arrêts sont rendus en violation flagrante des procédures en matière de contentieux électoral. Il s’agit notamment de l’absence de notification des requêtes aux parties, de l’absence de comptage contradictoire des voix en présence des témoins, la modification des compositions sans ouverture préalable de débat, le refus de la prise en compte du seuil national tel que fixé par la loi et la CENI, le remplacement des députés proclamés élus par des candidats ayant obtenu visiblement des voix insignifiantes.
  3. Il se dégage clairement que ces invalidations par la Cour constitutionnelle n’ont visé principalement que les députés de l’opposition. Ces invalidations s’inscrivent dans un schéma visant le musellement total de l’opposition et la confiscation de la souveraineté du peuple.
  4. Prenant à témoin le peuple congolais et la Communauté internationale, exigeons de la Cour de corriger, toutes affaires cessantes, ces arrêts iniques décriées; de cesser son insoumission et sa rébellion à la Constitution, fondement de son existence; d’exercer sa mission constitutionnelle en route indépendance et impartialité ainsi qu’à l’exclusion de toute instrumentalisation; au peuple congolais de se mobiliser contre cette entreprise de détournement de sa souveraineté et de protéger ses élus”, a-t-il déclaré en substance.

Augustin Kinienzi/Politico.cd

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *