Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

mardi, mai 26, 2020
DRC
2,297
Personnes infectées
Updated on 26 May 2020 à 5:19 5 h 19 min
DRC
1,893
Personnes en soins
Updated on 26 May 2020 à 5:19 5 h 19 min
DRC
337
Personnes guéries
Updated on 26 May 2020 à 5:19 5 h 19 min
DRC
67
Personnes mortes
Updated on 26 May 2020 à 5:19 5 h 19 min

« Si Kabila continue à s’immiscer dans la politique Congolaise, le conseil de sécurité de l’ONU ouvrira un tribunal afin de juger les crimes commis entre 1996 et 2019 »: [Herman Cohen]

L’ancien secrétaire d’état adjoint et diplomate américain Herman Cohen continue à livrer ses perceptions sur la politique de la République Démocratique du Congo notamment à travers son blog officiel et son compte Twitter.

Dans une série de tweets partagée ce mardi, Herman Cohen indique que le conseil de sécurité de l’ONU pourrait ouvrir un tribunal spécial pour juger les crimes commis en République démocratique du Congo entre 1996 et 2019.

« Si l’ancien président de la RDC, Joseph Kabila, continue de s’immiscer dans le gouvernement et la politique, le conseil de sécurité des Nations unies autorisera la création d’un tribunal pénal spécial pour la période allant de 1996 à 2019 » écrit-il dans la première partie de cette publication.

« Ce tribunal enquêtera sur les nombreuses violations graves des droits de l’homme commises par les régimes issus de la famille Kabila au cours de ces années, à commencer par le massacre de Tingi Tingi en 1996 » explique l’auteur du livre “The Mind of Africa Strongman” décrivant en détail le travail diplomatique de Cohen auprès de Nelson Mandela, de Laurent-Désiré Kabila, de Robert Mugabe, de Joseph Mobutu et de nombreux autres acteurs politiques africains.

Ayant quitté le pouvoir à l’occasion de la transition pacifique du 24 janvier 2019, Joseph Kabila, qui jouit d’un statut de sénateur en vie, reste une personnalité politique forte de la scène politique congolaise à la suite du poids politique du Front Commun pour le Congo, FCC, plateforme politique dont il est autorité morale. Le FCC contrôle le parlement national, les assemblées provinciales et la majorité des gouvernorats.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD

- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. Ce vieux chômeur qu’est-ce qu’il veut à nôtre ancien Raïs ? Nous pensons que la révision du code minier qu’il a laissé comme héritage au peuple congolais ne donne de sommeils aux Américains…
    Nous vous signifions que vous êtes rien et vos menaces ne ferons rien.
    Vous ne comprenez pas que le temps ou parliez et les gens tremblaient surtout les Africains est révolu…

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...