Présentant cinq priorités à Félix Tshisekedi, la FIDH plaide pour le jugement de responsables de violations de droits humains ces 20 dernières années

Dans un rapport publié ce vendredi, la Fédération Internationale des Droits Humains, FIDH, épingle cinq priorités auxquelles le programme du nouveau président congolais Félix Tshisekedi doit s’atteler dans le cadre de la restauration d’un État de droit en République démocratique du Congo.

Reposant sur cinq axes, la proposition de cette organisation de défense de droits de l’homme reprend les priorités suivantes:

  • Lutter contre l’impunité, promouvoir la vérité et renforcer la justice afin de garantir une réconciliation nationale et une paix durable.
  •  Respecter les droits fondamentaux et promouvoir le dialogue politique.
  •  Construire une société égalitaire en promouvant les droits des femmes et l’égalité de genre.
  •  Mener des réformes substantielles pour construire l’État de droit et la démocratie.
  • Renforcer la coopération avec la communauté internationale et les mécanismes de protection des droits humains.

Quelques semaines après l’alternance politique à la tête de l’État en République démocratique du Congo (RDC), quatre ONG présentent dans un nouveau rapport les cinq chantiers leur semblant prioritaires pour améliorer la situation des droits humains dans le pays. En ce domaine, le bilan des 20 dernières années est désastreux note le rapport parvenu à POLITICO.CD.

Miné par de multiples conflits qui ont fait des centaines de milliers de morts, la corruption et l’impunité, la RDC a de plus connu depuis 2015 de graves tensions internes liées aux reports puis à la tenue des élections. Le rapport et ses conclusions ont été présentés et discutés le 12 mars à Kinshasa avec le nouveau Président de la République, Félix Tshisekedi explique la note consultée par la rédaction de POLITICO.CD.

“Pour nos organisations, les nouvelles autorités doivent adopter une politique résolument volontariste pour promouvoir les droits humains et l’État de droit, et tourner la page de décennies de pouvoirs autoritaires et corrompus” rapporte la même source.

“Nous appelons les autorités congolaises à considérer nos 48 recommandations pour l’amélioration de la situation des droits fondamentaux, et pour rétablir une unité nationale et une paix durable dans le pays” suggère Paul Nsapu Mukulu, secrétaire général adjoint de la FIDH et président de la ligue des Électeurs de retour en RDC après plus de 15 ans d’exil forcé, cité par le rapport.

C’est dans cette optique qu’une mission de plaidoyer a été menée du 11 au 15 mars 2019 à Kinshasa. Un ensemble de 48 recommandations regroupées en 5 grandes priorités pour un État plus respectueux des droits humains a été proposé au nouveau Président de la République apprend POLITICO.CD de la FIDH.

Dès la formation du nouveau gouvernement, il est crucial que les autorités adoptent une feuille de route ou un plan d’action national en faveur des droits humains afin d’engager les réformes nécessaires à la mise en place d’un véritable État de droit et d’institutions garantes des libertés publiques et individuelles – dans un État rongé par la corruption généralisée, des pratiques autoritaires et violentes et l’impunité.

“La lutte contre l’impunité, la promotion de la vérité et le renforcement de la justice sont indispensables pour obtenir des avancées concrètes en matière de gouvernance, de démocratie et de droits humains en RDC”, commente de son côté Dismas Kitenge Senga, président du Groupe Lotus, également membre de la FIDH.

De nombreux crimes à caractère politique, ciblant des défenseur[es] des droits humains (affaire Chebeya – Banzana), des individus, voire des groupes entiers (Kasaï ; Kivu ; rapport mapping des Nations unies), sont demeurés sans procès ni coupables, sapant toute réconciliation nationale et laissant les victimes dans l’attente de justice et de soutien. Devant l’ampleur des crimes commis depuis plus de 20 ans, il est temps que les principaux responsables (sécuritaires et politiques) soient inculpés et jugés. Pour ce faire, il est essentiel de conduire des réformes institutionnelles, à commencer par la refonte du système judiciaire, caractérisé en RDC par son manque de moyens et d’indépendance.

“Nous saluons les avancées et les engagements pris par le Président Félix Tshisekedi en matière de protection des droits humains, en ce qu’ils marquent une volonté de rompre avec les violations d’État perpétrées dans le passé. Nous demeureront cependant vigilants sur la réalisation des engagements pris par le nouveau pouvoir et sur la réalité quotidienne du respect des droits humains” a déclaré Jean-Claude Katende, président de l’ASADHO repris dans ce rapport.

Le programme d’urgence des 100 premiers jours présenté par le président, et axé sur la sécurité, la politique ou encore les questions sociales est un signal positif, qui devra se décliner en mesures concrètes. La composition (toujours en négociation) du futur gouvernement sera un premier indicateur des priorités du nouveau président pour mettre en œuvre ces réformes, l’ancienne majorité présidentielle de Joseph Kabila ayant conservé la majorité à l’Assemblée nationale.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

RDC: Une réunion tripartite d’urgence entre CACH, FCC et LAMUKA à Kinshasa

La délégation de la Communauté des Etats d’Afrique australe (SADC) à Kinshasa vient de convoquer une réunion d’urgence dans la capitale congolaise réunissant les principaux protagonistes des élections, apprend POLITICO.CD. 

Le Secrétaire général de la coalition de Katumbi salue l’élection de Tshisekedi

“L’avènement de Félix Tshisekedi à la magistrature suprême marque un progrès indéniable…

Thabo Mbeki: “la situation en RDC est horrible, la SADC doit agir”

Thabo Mbeki a déclaré cela juste avant le début de la réunion…

Un avion affrété par la CENI s’écrase à quelques kilomètres de Kinshasa

Alors que la RDC était arrêtée au palais du peuple où le…