Hostile aux élections sous la présidence de Corneille Nangaa à la tête de la commission électorale nationale indépendante, CENI, Alain-Daniel Shekomba, candidat à la dernière élection présidentielle s’était retiré de cette course à deux jours du scrutin.

Commentant l’investiture de Félix Tshisekedi par la cour constitutionnelle, Alain-Daniel Shekomba a dit à POLITICO.CD que cet acte juridique a permis à la République Démocratique du Congo de connaître pour la toute première fois après son accession à la souveraineté internationale la première alternance pacifique au sommet de l’Etat et la possibilité de mettre en place le changement des conditions des vies des congolais ordinaires qui cristallise les espoirs des tous, ce qui représentait également l’engagement de sa candidature à la magistrature suprême.

“Vérité ou pas vérité des urnes, la question ne devrait même plus se poser car les deux impératifs sont prioritaires aux yeux des congolais” martèle Alain-Daniel Shekomba avant de poursuivre: “je travaille déjà pour mon pays, le fait d’avoir diagnostiqué les maux de notre pays et de proposer des solutions sous forme des 12 engagements c’est déjà un apport considérable”.

Pour cet informaticien, qui contestait la machine à voter, il est temps que la classe politique Congolaise tire les leçons de la dernière expérience électorale et pense à consacrer son combat pour le bien-être de la population Congolaise.

“Après avoir vécu de l’intérieur comme acteur toutes les turbulences de ces élections chaotiques qui devaient changer radicalement l’environnement politique de notre pays, j’ai préféré prendre un peu de temps pour réfléchir sur les leçons à tirer de toute cette expérience : Entre la moralité et le devoir envers notre peuple quel chemin prendre ? Certes la moralité est le fondement de toutes nos actions mais sans le sens du devoir qui pousse à l’action nous ne pouvons rien accomplir ni rien changer” raconte-il à POLITICO.CD.

Alain-Daniel Shekomba estime qu’il est temps de tourner la page des élections et de mettre en place toutes les stratégies pouvant permettre à l’ensemble de politiques de choisir le sens du devoir envers le peuple.