Il ne s’est pas exprimé depuis le 1er janvier. L’opposant congolais en exil, qui soutient Martin Fayulu, a réagi ce matin aux incitants à l’Université de Lubumbashi dans le sud-est de la RDC.

“Les revendications des étudiants de l’UNILU sont légitimes & manifester pacifiquement est un droit. Une université n’est pas un champ de bataille !” s’est exclamé Moïse Katumbi dans un tweet ce lundi. “Il n’est pas acceptable que chaque manifestation en RDC soit réprimée dans le sang. Il faut un procès public pour les coupables“, a-t-il appelé.

Des étudiants de l’Université de Lubumbashi (UNILU) sont sortis ce matin une fois de plus dans la rue pour manifester après des événements sanglants le week-end dernier.  Quatre personnes ont été tuées dont trois étudiants et un policier dans les heurts entre des policiers et des étudiants qui manifestaient contre la coupure d’eau et de l’électricité sur le site de l’Université de Lubumbashi, mais aussi le réajustement des frais académiques.

Selon un communiqué  lu dimanche sur les antennes de la RTNC, ces incidents ont été provoqués par un officier principal de la Police nationale congolaise (PNC), Yawe Bertin, qui avait ordonné de tirer, sans sommation, sur les étudiants qui revenaient d’un entretien avec le gouverneur de la province du Haut-Katanga.

Le Président Félix Tshisekedi a décidé la suspension de la mesure portant réajustement des frais académiques pris par le ministre de l’ESU, qui doit être entendu sur ce fait afin d’établir les responsabilités.