Felix Tshisekedi of the Union for Democracy and Social Progress (UDPS) addresses the media after signing the accord between the opposition and the government of President Joseph Kabila at the Conference episcopale nationale du Congo (CENCO) headquarters in Gombe Municipality, in the Congolese capital Kinshasa, January 1, 2017. REUTERS/Robert Carrubba

Il n’y aura pas de revanche, promet Felix Tshisekedi dans l’hypothèse où il remporterait la Présidentielle du 30 décembre dernier en RDC.

Alors que les résultats des élections sont toujours attendus, Félix Tshisekdi adopte une position de détente vis-à-vis du president congolais Joseph Kabila. “Il est évident qu’il pourra vivre tranquillement dans son pays, vaquer à ses occupations, il n’a rien à craindre”, dit-il dans une interview au journal belge “LE SOIR”.

Le leader du principal parti d’opposition en RDC va un peu plus loin. “Un jour nous devrons même songer à lui rendre hommage pour avoir accepté de se retirer“, dit-il. “Pourquoi, compte tenu de son expérience, ne pas lui confier des tâches diplomatiques spéciales, faire de lui un ambassadeur extraordinaire du Congo ?” Interroge-t-il.

L’opposant congolais se reserve toutefois au sujet de son rival dans l’imposition, le candidat Martin Fayulu. “Attendons d’abord que le bateau des élections, piloté par la CENI, arrive au port. J’espère que c’est la démocratie qui gagnera et dans ce cas, j’aurai la main tendue. Je vous le répète, il n’y aura pas de revanche“, promet-il toutefois.