Des alliés de Kinshasa ont opposé un veto à une déclaration commune du Conseil de Sécurité la nuit dernière autour de la situation en République démocratique du Congo où les résultats des élections sont toujours attendus.

A l’initiative de la France, une réunion à huis clos a eu lieu vendredi à New York au Conseil de Sécurité de l’ONU autour de la situation en RDC. Mais les membres de cet organe supérieur de l’ONU sont restés trop divisés.  La Chine, la Russie et les membres africains , dont l’Afrique du sud, ont en effet préféré “laisser le temps à Kinshasa d’annoncer les résultats.

L’ambassadeur sud-africain, affirme RFI,  a minimisé le coup de pression de la conférence épiscopale de la Cenco qui a estimé connaître déjà le vainqueur de la présidentielle. « Je sais que la Cenco est une ONG. Les ONG peuvent dire ce qu’elles veulent, mais en tant qu’Etat membre des Nations unies et de la SADC nous allons attendre que ceux qui sont responsables de ces élections en fassent l’annonce. Je crois qu’il va falloir être très très patient. »

De son côté, la France est restée à l’offensive. « Ces élections ont permis l’expression de la volonté souveraine du peuple congolais. Les résultats qui seront proclamés devront être conformes au vote du peuple congolais », a affirmé François Delattre,

Une nouvelle réunion du Conseil, publique cette fois, est prévue mardi prochain 8 janvier.

Avec RFI.