De gauche à droite: l'Abbé Marcel Utembi, président et l'Abbé Donatien Nshole, Sectéraire général de la CENCO

La République démocratique du Congo va voter dimanche pour obtenir pour la première fois  une transition pacifique du pouvoir à la tête du pays. Les prêtres catholiques, impliqués dans ce processus électoral, mobilisent pour obtenir la vérité des urne.

A l’heure actuelle, sur un total de 41 026 observateurs formés 40 850 ont déjà leurs accréditations, soit 99,57%. Il espére que la CENI Va régulariser la situation de 176 qui restent avant la tenue des scrutins du 30Décembre 2018“, annonce un communiqué parvenu à POLITICO.CD.

L’opposition dénonçait cette semaine des entraves autour de ses temoins qui n’arrivent pas obtenir des accréditations. Maître Jacquemain Shabani, responsable de la Cellule électorale de l’UDPS dénonce cette situation ce matin au téléphone avec POLITICO.CD.

“Nous avons pourtant rencontré des représentants de la CENI le mercredi à Kinshasa. Ils nous ont rassuré que cette question allait être traitée. A ce jour, l’UDPS a reçu par exemple 9 macarons au lieu de 1040 pour Nioki. A Tshangu, nous avons reçu 1500 au lieu de 3345″, fait remarquer l’avocat congolais.

Toujours selon M. Shabani, du côté du pouvoir pourtant, la Commission électorale leur a remis un nombre excédentaire des macarons. “Le FCC a reçu des cartons macarons jusqu’à en mettre sur le marché. Ils nous proposent de nous vendre un macaron à 10$. Un traitement non équitable  qui laisse présager une fraude en préparation“, dénonce-t-il.