l'info en continu

ACAJ accuse les forces de sécurité d’avoir tué 10 personnes depuis le début de la campagne électorale

- Publicité-

L’Association pour l’accès à la justice, ACAJ, dit avoir enregistré depuis le début de la campagne électorale en cours en RDC, « 152 cas des violations des droits de l’homme », dont  » 50 d’atteinte à l’intégrité physique, 35 à la liberté de manifestation et réunion publique, 30 à la liberté de mouvement, 27 à la propriété privée et 10 à la vie (morts) dont 3 à Lubumbashi, 3 à Tshikapa et un à Mbuji-Mayi.

A Kalemie, Lubumbashi et Mbuji-Mayi, ce sont de morts par balles; tandis qu’à Tshikapa par étouffement dû au gaz lacrymogène lancé par la police contre les partisans de l’UDPS et FCC en affrontement à l’aéroport « .

- Publicité-

Selon cette ONG des droits de l’homme,  » les auteurs de ces violations sont les autorités polico-,administratives, cadres de l’administration publique et agents de service de sécurité, qui les ont planifiées et exécuté avec le concours de certains jeunes du FCC« .

ACAJ note encore qu’à 4 jours de la tenue des élections, « la publication de la liste définitive des électeurs, l’affichage de la cartographie des bureaux et de la mise à disposition des candidats président de la République des séries des machines à voter et leur localisation, éléments essentiels à la transparence des élections, ne sont pas encore effectives ». Elle demande vivement à la CENI de publier cette liste définitive des électeurs, la cartographie des bureaux de vote, la liste de toutes les machines à voter et la localisation de leur déploiement« .

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU