Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

mardi, juin 2, 2020
DRC
3,326
Personnes infectées
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min
DRC
2,772
Personnes en soins
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min
DRC
482
Personnes guéries
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min

« L’Etat est complètement privatisé et la gouvernance du pays, totalement à l’abandon »

La situation demeure préoccupante en République démocratique du Congo, dénonce le Comité Laïc de Coordination (CLC), une structure regroupant des catholiques du pays. Devant la presse, cette organisation dresse un tableau sombre de la situation politique, économique et sécuritaire.

« Les revendications qu’il a présentées au nom de la population, depuis ses premiers appels en décembre 2017 pour exiger la mise en ceuvre des mesures de décrispation politique prévues par l’Accord de la Saint-Sylvestre, sont restées lettre morte« , note-t-elle. 

 « L’assainissement de l’environnement politique n’a pas été réalisé ; – les médias officiels demeurent confisqués au bénéfice d’une seule famille politique ; – les manifestations de l’opposition et de la société civile, en dehors de quelques cas obtenus à l’arrachée, demeurent interdites ou sont placées sous surveillance policière stricte; – la situation des exilés et prisonniers politiques et d’opinion est restée en l’état ; s’y sont ajoutées d’autres arrestations arbitraires et des répressions violentes, particulièrement des jeunes des mouvements citoyens (Congolais Debout, Vigilance Citoyenne, etc.), pour des raisons purement politiciennes« , dénonce le CLC. 

Les Catholiques congolais notent plusieurs autres problèmes notamment sécuritaires, dénonçant les dirigeants du pays. Alors que la campagne électorale bat son plein à travers le pays, le CLC note également l’absence de gouvernance, tous les électeurs du gouvernement ont abandonné leurs postes pour battre campagne.

« Au propre comme au figuré, le pays est désormais privé de ses gouvernants puisque le Premier ministre et ses ministres, y compris le Président de l’Assemblée nationale (institution pourtant indépendante de l’Exécutif), sont devenus de simples membres de comité de la campagne électorale d’un candidat« , note-t-il. 

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...