PUBLICITÉ

Martin Fayulu veut des élections « les 23 décembre, mais sans la machine à voter »

Attendu par ses partisans qui mobilisent à Kinshasa, notamment le Mouvement de Liberation du Congo de Jean-Pierre Bemba et ENSEMBLE de Moïse Katumbi, Martin Fayulu annonce déjà ses couleurs depuis l’Europe où il se trouve. Le candidat président de LAMUKU ne veut pas d’élections avec la machine à voter.

« Je vais rentrer à Kinshasa le mercredi 21, je vais voir avec les autres candidats indépendants, voir avec la CENi, ce qui a lieu de faire pour avoir les élections le 23 décembre 2018 et j’insiste, avec bulletin comme ce prévu [dans la loi électorale]« , lance-t-il dans une intervention à la télévision belge.

- Publicité-

Comme Fayulu, Adolphe Muzito, Freddy Matungulu, Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi rejettent la tenue des élections avec cette machine décriée par une large partie, notamment les mouvements citoyens, la communauté internationale et l’opposition. Cependant, l’UDPS et l’UNC qui ont claqué la porte de l’accord de Genève consacrant Martin Fayulu, sont prêtes à y aller « avec ou sans » ces machines.

De son côté, l’Église catholique appelle à un consensus autour de la question. Le nouvel archevêque de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, semble embrasser la position de l’UDPS sur cette question. Dans une interview vidéo diffusée notamment sur internet, l’homme qui a succédé au cardinal Laurent Monsengwo estime que le plus important est la tenue des élections.

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU