L’incroyable explication de Nangaa sur les présumés électeurs fictifs

Corneille Nangaa, président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a trouvé une idée originale pour expliquer le manque d’empreinte pour près de 10 millions d’électeurs sur les 45 millions du fichier électoral.

“Dans ce pays, de nombreux citoyens, paysans, creuseurs dans les mines, lavandières qui frottent le linge sur les pierres, ont vu s’effacer leurs empreintes digitales. Faut-il pour autant les priver du droit de vote ?” interroge-t-il  auprès de nos confrères belges LE SOIR, le président de la CENI affirme:.

“Certainement pas, d’autant moins qu’à aucun moment des opérations de vote actuelles les empreintes ne sont exigées ; elles n’interviennent tout simplement pas… Il s’agit là d’un faux problème… “, ajoute-t-il dans cette intervention à lire ici.

Des explications qui risquent de ne pas convaincre les opposants congolais qui réclament toujours le retrait de ces électeurs “fictifs” avant la tenue des élections le 23 décembre prochain..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Thabo Mbeki: “la situation en RDC est horrible, la SADC doit agir”

Thabo Mbeki a déclaré cela juste avant le début de la réunion…

Jean-Bertrand Ewanga déglingue Vital Kamerhe

L’ancien numéro deux du parti de Vital Kamerhe revient largement sur son départ de ce parti de l’opposition, dans une interview au média Congo Indépendant.

Joseph Olenghankoy: “je suis l’héritier légitime de Tshisekedi”

Joseph Olenghankoy dit se considérer comme “l’héritier légitime de Tshisekedi”. C’est ce qui ressort de sa rencontre avec la jeunesse de son parti, lundi à Kinshasa.

“Je ne vois pas qui que ce soit apporter le moindre crédit à Monsieur Kabila” (Dokolo)

Sindika Dokolo, leader du mouvement des “Congolais débout”, poursuit sa campagne de mobilisation pour obtenir l’alternance politique en RDC. Au micro de Radio France Internationale, le gendre d’Eduardo dos Santos estime que le président congolais ne jouit plus de soutien auprès de la Communauté internationale.