Moïse Katumbi: “Je ne me bats pas pour un poste, je me bats pour les Congolais”

Ecarté de la prochaine Présidentielle, Moïse Katumbi affirme vivre cet acte comme “une énorme injustice”. “Mais cela ne change rien au sens de mon combat. Je ne me bats pas pour un poste, je me bats pour les Congolais”, clame-t-il.

“En décembre 2014, c’est moi qui ai lancé l’appel au refus d’un troisième mandat pour Kabila en rentrant à Lubumbashi. Mon combat est cohérent, je n’ai pas dévié d’un millimètre. Si je ne peux être candidat, je soutiendrai notre candidat commun jusqu’au bout. On ne lâchera rien”, affirme-t-il.

Le leader de Ensemble dément par ailleurs les accusations de détention de nationalité italienne ayant entraîné en autres sa disqualification “Je suis Congolais, je suis né au Congo, j’y ai grandi. Je veux que la paix revienne dans mon pays.”

Quant au prochain scrutin, l’ancien gouverneur du Katanga explique les conditions actuelles ne permettront pas d’obtenir des élections équitables. “La paix passe par un scrutin réellement démocratique, sans tout cet arsenal mis en place par le pouvoir. Aller au scrutin dans ces conditions, c’est ouvrir la porte au chaos, je ne peux l’accepter.”

 

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Thabo Mbeki: “la situation en RDC est horrible, la SADC doit agir”

Thabo Mbeki a déclaré cela juste avant le début de la réunion…

Jean-Pierre Bemba se dit “révolté et consterné” par la répression contre Martin Fayulu

L’ancien chef rebelle Jean-Pierre Bemba, l’un des alliés principaux de l’opposant Martin Fayulu, accuse la Garde Républicaine d’avoir “tiré à balles réelles” ce mardi à Lubumbashi.

Jean-Bertrand Ewanga déglingue Vital Kamerhe

L’ancien numéro deux du parti de Vital Kamerhe revient largement sur son départ de ce parti de l’opposition, dans une interview au média Congo Indépendant.

Joseph Olenghankoy: “je suis l’héritier légitime de Tshisekedi”

Joseph Olenghankoy dit se considérer comme “l’héritier légitime de Tshisekedi”. C’est ce qui ressort de sa rencontre avec la jeunesse de son parti, lundi à Kinshasa.