Une trentaine de miliciens s’évadent après l’attaque de l’auditorat militaire à Beni

Selon le porte-parole  de l’opération Sokola 1, le capitaine Mak Hazukay, des miliciens Maï-Maï ont attaqué l’auditorat militaire de Beni au Nord-Kivu, réussissant à faire fuir une trentaine de détenus Mai-Mai et des rebelles ougandais des ADF.

« Nous avons réalisé qu’il s’agit des attaques simultanées. Vendredi soir, nous avions déjoué une attaque des ADF sur la nationale numéro 4, qui relie Beni à Bunia et Kisangani. Et ce matin, ce sont des détonations des Maï-Maï qui nous a réveillé », a relaté le capitaine Mak Hazukay à la Radio Okapi.

Selon d’autres sources, ces miliciens que l’on présente comme des membres des groupes Maï-Maï, ont attaqué deux cachots à l’auditorat. “Ils ont ciblé celui où étaient gardés les présumés Maï-Maï, dont certains leaders que nous avons arrêtés“, fait-on savoir.

Tous les détenus du cachot de l’auditorat militaire ont été libérés par les Mai-mai. Certains seraient rentrés en cours de route sans contrainte refusant d’adhérer à la milice”, rapporte une autre source locale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Thabo Mbeki: “la situation en RDC est horrible, la SADC doit agir”

Thabo Mbeki a déclaré cela juste avant le début de la réunion…

Jean-Bertrand Ewanga déglingue Vital Kamerhe

L’ancien numéro deux du parti de Vital Kamerhe revient largement sur son départ de ce parti de l’opposition, dans une interview au média Congo Indépendant.

Joseph Olenghankoy: “je suis l’héritier légitime de Tshisekedi”

Joseph Olenghankoy dit se considérer comme “l’héritier légitime de Tshisekedi”. C’est ce qui ressort de sa rencontre avec la jeunesse de son parti, lundi à Kinshasa.

“Je ne vois pas qui que ce soit apporter le moindre crédit à Monsieur Kabila” (Dokolo)

Sindika Dokolo, leader du mouvement des “Congolais débout”, poursuit sa campagne de mobilisation pour obtenir l’alternance politique en RDC. Au micro de Radio France Internationale, le gendre d’Eduardo dos Santos estime que le président congolais ne jouit plus de soutien auprès de la Communauté internationale.