L’année dernière, l’Union Européenne a imposé des sanctions à Ramazani Shadary, ministre de l’intérieur, et à 15 autres Congolais, à la suite d’une répression contre les manifestants qui s’opposaient à un report de la tenue d’élections. Ce retard a permis au président Joseph Kabila de rester en poste deux ans après son mandat légal, bien que des élections soient maintenant fixées au 23 décembre.

Le gouvernement congolais a déclaré que les sanctions, y compris les interdictions de déplacement et le gel des avoirs, étaient illégales, et qu’il serait inutile de les renouveler car Kabila al’intention de se retirer après les élections.

Le renouvellement nécessite un vote à l’unanimité des 28 États membres de l’UE, avec une décision attendue à peine 11 jours avant les élections au Congo.

Deux diplomates ont déclaré que l’UE avait accepté de se renouveler malgré l’opposition initiale de l’Espagne, qui avait proposé de retirer Shadary de la liste.

“Il y a deux semaines, un consortium sous contrôle espagnol a signé un accord commun avec le Congo pour développer un projet hydroélectrique de 14 milliards de dollars. Deux diplomates ont déclaré que le projet avait influencé la position de l’Espagne. Un porte-parole espagnol n’était pas immédiatement disponible pour commenter” rapporte Reuters.

En tant que ministre de l’intérieur, Ramazani Shadary a supervisé la police lors de la répression, au cours de laquelle des manifestants qui protestaient contre le régime étendu de Kabila ont été tués. Il est actuellement candidat à la présidence et a été sélectionné pour représenter la coalition menée par Kabila.

Fiston Mahamba