Maladies tropicales négligées : les experts signalent des progrès dans l’éradication de la Trypanosomiase en RDC

Causée par le parasite protozoaire du genre Trypanosoma et transmis à l’homme par la piqûre de la mouche tsé-tsé, la trypanosomiase humaine africaine connue communément sous le nom de la maladie du sommeil, sévit dans 36 pays d’Afrique principalement en République démocratique du Congo ou le taux est le plus élevé. Selon un rapport de l’organisation mondiale de la sante publié en février 2018, 70% de cas enregistrés au cours de dix dernières ânées ont été localisés en RDC. L’OMS signale cependant la baisse considérable et progressive du nombre de cas, soit de prés 300 000 en 1998 à moins de 10 000 en 2009, puis a 2804 en 2015.

Selon le docteur Wilfried Mutombo coordonateur des essais cliniques lancés par la DNdi (Drugs for the Neglected Diseases Initiative), grâce à la prochaine mise en place des nouveaux médicaments plus efficaces et l’implication de toutes les parties concernées, “l’on peut entrevoir l’élimination” de la maladie à l’horizon 2020 comme fixé par l’organisation mondiale de la sante OMS.

“Maintenant l’élimination est à portée de mains. Car on commence à avoir des outils simples côté traitement et côté diagnostique” déclare t-il a l’issue d’une rencontre sur les maladies tropicales négligées tenue à Kampala en Ouganda par la DNDi et ses partenaires du 01 au 5 octobre 2018.

Le premier ministre de la République de l’Ouganda appelle les pays à ne pas oublier les maladies tropicales négligées dans les programmes de santé publique lors du 11ème anniversaire de l’ONG DNDi. Photo: DNDi

Médicaments efficaces

Au total, deux médicaments contre la maladie du sommeil sont en attente d’être disponibilisés bientôt. Il s’agit du Fexinidazole dont l’essaie clinique a franchi la troisième phase et l’Oxaborole dont l’étude est encore en cours. Le Fexinidazole, est jugé efficace après des études de plus de 5 ans ayant impliqué 394 patients en République démocratique du Congo et en République centrafricaine. Parmi les avantages de ce tout premier traitement oral contre la maladie du sommeil, l’ONG DNDi parle du fait que cela “simplifie” la prise en charge de patients aussi bien du point de vue durée que de celui de la praticabilité. En effet, le traitement par Fexinidazole ne nécessite pas une hospitalisation et une série de perfusion comme cela est le cas avec le médicament actuel appelé NECT (une combinaison des anciens médicaments Nifurtimox‐Eflornithine). “Le moment venu, le traitement pourrait être administré dans des centres de soins de santé primaires, éliminant ainsi la nécessité d’hospitaliser les patients, voire même pour la première fois permettre la prise du traitement au domicile des patients” affirme Nathalie Strub-Wourgaft, Directrice Médicale de DNDi citée dans un article publié par l’ONG en 2017. L’ONG ajoute que le fait pour la nouvelle molécule de s’adapter aux stades 1 et 2 de la maladie évite également les ponctions lombaires (examen médical consistant à recueillir le liquide céphalo-rachidien, ou liquide cérébro-spinal dans la cavité subarachnoïdienne par une ponction dans le dos, entre deux vertèbres. Dans le cas de la trypanosomiase, cet examen vise à déterminer le stade de la maladie) qui est pourtant inéluctable pour le NECT. Pour ce qui est de l’Oxaborole, il s’agit d’un traitement à dose unique mais dont les recherches sont encore en cours.

Rester éveillé dans la lutte

Les avancées enregistrées dans la lutte contre la trypanosomiase humaine africaine (maladie du sommeil) ne devraient pas conduire au désintéressement. C’est l’appel du docteur Wilfried Mutombo qui félicite le gouvernement congolais pour avoir instituée en janvier dernier, une journée nationale de la Trypanosomiase. ‘’En instituant une journée nationale de la trypanosomiase c’est quelque chose de très important puisque quand le ministre est impliqué cela donne une grande mobilisation et rappelle à tout le monde qu’il faut maintenir les efforts pour qu’on arrive à l’élimination’’ dit-t-il.

Il prévient que tout désintéressement possible pourrait occasionner une résurgence au moment ou l’on croira avoir vaincu la maladie.

‘’On est au moment ou on commence à envisager l’élimination. Et la c’est un moment crucial ou le nombre de cas baisse on tendance à se désintéresser. Les partenaires peuvent se désintéresser, le gouvernement peut se désintéresser car ayant beaucoup d’autres préoccupations urgentes, la population vivant dans le foyer elle même peut se désintéresser, or c’est cela le piège. En se désintéressant, au bout de quelques années ce sera reparti’’ a-t-il renchéri en lançant un appel aux populations vivant dans les foyers pour qu’elles également ne puissent pas baisser la garde.

Sammy Mupfuni

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

Non, l’ambassadeur de l’UE en RDC ne prépare pas un coup d’Etat!

Après la tenue en Europe d’une conférence entre les mouvements citoyens appelant…