Corneille Nangaa est dans les cordes. La réunion qu’a convoqué le président de la Commission électorale nationale indépendante ce matin a tourné en un véritable tollé contre la machine à voter imposée à la prochaine Présidentielle.

Selon des sources concordantes, et alors qua la réunion était toujours en cours, seuls trois candidats, dont celui du pouvoir, défendaient la machine à voter, alors que les 19 autres autres ont rejeté en bloc les arguments du président de la CENI.

7 candidats à la Présidentielle ont en effet lancé un mémorandum dénonçant le processus électoral au pays, tout en appelant, comme 7 autres avec eux, au retrait de la machine à voter.  Dans une déclaration, Marie Josée Ifoku, Sylvin Maurice Masheke, Théodore Ngoy, Yves Mpunga, Gabriel Mokia, Seth Kikuni et Radjabo Tebaro Soborabo ont exigé de procéder “sans désemparer” à l’impression de bulletin de vote papier.

Ils ont été rejoints par l’ancien membre du Bureau politique de la Majorité Présidentielle, Tryphon Kin-kiey Mulumba, qui a également fait savoir que cette machine doit être écartée du processus.  “Je pense qu’il faut absolument écarter cette machine à voter. Personne n’en veut. Tout le monde est contre”, a-t-il confié durant une intervention à la Radio France Internationale.

Le samedi dernier, 7 leaders majeurs de l’opposition sont montés au créneau à travers à grande meeting à Kinshasa pour dénonce ces machines. A ce stade, 15 des 21 candidats à cette Présidentielle réclament tous le retrait.