C’est un président Joseph Kabila plus que jamais en croisade contre ce qu’il qualifie “d’ingérences étrangères” qui a pris la parole mardi à la 73ème session de l’Assemblée générale de l’ONU à New York.  Le président congolais à une fois de plus dénoncé les puissances internationales qui interfèrent dans les affaires internes d’autres Etats.

Nous ne saurons pas faire de l’ONU une organisation pour tous si l’ingérence caractérisée de certains gouvernements dans les affaires relevant, sans aucun doute, de la politique intérieure des États, en violation des règles qui la régissent, est dangereusement tolérée, sinon banalisée“, a-t-il fait remarquer. 

Le Chef de l’Etat congolais a expliqué dans la foulée que c’est pour s’opposer à ces ingérences que la RDC a décidé de financer seule les prochaines élections au pays. “Voilà qui explique la position de Mon pays de dénoncer et de s’opposer à toute ingérence dans le processus électoral en cours, et de financer l’entièreté de ses coûts opérationnels“, a-t-il dit.

Le Président a par ailleurs dénoncé l’instrumentalisation autour des droits de l’homme et de la démocratie à travers le monde. “Mon pays exige le retour aux fondamentaux en matière de démocratie et des droits de l’homme, un des sujets à la base de la diplomatie à géométrie variable, instrumentalisés à outrance par certains pour affaiblir sciemment des pays qui ont pourtant décidé, de se tourner résolument vers le progrès“, a-t-il dit.