Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider

samedi, juin 6, 2020
DRC
3,878
Personnes infectées
Updated on 6 June 2020 à 21:34 21 h 34 min
DRC
3,259
Personnes en soins
Updated on 6 June 2020 à 21:34 21 h 34 min
DRC
537
Personnes guéries
Updated on 6 June 2020 à 21:34 21 h 34 min
DRC
82
Personnes mortes
Updated on 6 June 2020 à 21:34 21 h 34 min

Katumbi appelle à la SADC à ne « attendre que les choses s’empirent » pour intervenir en #RDC

En tournée en Afrique du Sud la semaine dernière pour sensibiliser les dirigeants sud-africains et ceux de la Communauté des Etats d’Afrique Australe (SADC) autour de la situation en République démocratique du Congo, l’opposant Moïse Katumbi a une fois de plus dénoncé le processus électoral actuel.

« Ne pas accepter ce qui est censé être fait est vraiment un gros problème, et c’est pourquoi je lance un appel à la SADC – car ils n’ont pas à se taire sur la situation au Congo« , a-t-il confié à nos confères de CityPress.

«Ils [la SADC] n’ont pas à attendre que les choses s’empirent pour qu’ils interviennent. C’est le bon moment pour intervenir, pour la stabilité de la région de la SADC», a-t-il ajouté.

Katumbi a également déploré la décision récente des autorités congolaises de rejeter la médiation de l’ancien président sud-africain Thabo Mbeki. Pour lui, ce refus caractérise l’ingratitude du président congolais envers l’Afrique du sud.

«Le président Mbeki a joué un rôle déterminant dans l’instauration de la paix au Congo. Quand il était président, notre pays était divisé par quatre factions. Il y avait le Mouvement pour la libération du Congo pour Bemba, il y avait Kabila, il y avait le Rassemblement Congolais pour la démocratie [RCD-Goma] et il y avait Jean-Lucien Bussa du parti CDER. Kabila n’a jamais gagné la guerre; c’est le peuple sud-africain, par le biais du président Mbeki, qui a contribué à la paix dont nous avons bénéficié jusqu’à présent« , a-t-il expliqué.

«Si le président Mbeki n’avait pas exercé de pression sur ces groupes, il n’y aurait eu aucune élection et aucune paix. Kabila était censé perdre le pouvoir il y a longtemps, mais c’est l’Afrique du Sud qui a contribué à stabiliser la situation », a-t-il ajouté.

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...