RDC: Jacques Kamenga annonce des mesures pour améliorer la GECAMINES

La Générale des Carrières et des Mines (Gécamines SA) compte bien jouer un rôle important grâce au nouveau code minier promulgué par le président Joseph Kabila cette année. C’est son Directeur général, Jacques Kamenga Tshimwanga, qui l’a annoncé la semaine dernière à Kolwezi (Lualaba), lors de la troisième conférence minière.

Dans son allocution, le DG de la GECAMINES a d’abord tenu a rappelé des avancées réalisées en termes de production, alors que la société étatique avait connu une chute drastique depuis les années 1990. “Il sied de rappeler que pendant les cinq dernières années, la RD Congo a produit annuellement autour d’un million des tonnes cuivre et 75.000 tonnes de cobalt, se propulsant ainsi au sommet des pays producteurs de ce produit stratégique qu’est le cobalt“, note-t-il.

M. Kamenga positionne également la GECAMINES au coeur du boom de Cobalt, dont la RDC regorge plus de 60% des réserves mondiales, annonçant dans la foulée la construction du premier complexe métallurgique moderne en RDC. “La Gécamines est en train de se redéployer dans cette province afin d’y ériger d’ici 2019 un premier complexe métallurgique moderne basé sur les rejets de Kingamyambo contenant 32.000 tonnes de cobalt et 141.000 tonnes de cuivre déjà certifiées et qui produira par an 12.000 tonnes de cuivre et 2.200 tonnes de cobalt avec un rendement de récupération autour de 70% pour le cobalt“, dit-til.

Prendre le problème par les cornes

Ainsi, compte tenu de l’opportunité qu’offre le cobalt, Gécamines a décidé de ne plus le considérer comme un produit fatal de la production du cuivre. Elle veut en devenir un grand producteur et vise, à moyen terme, de produire au moins 10.000 tonnes de cobalt par an“, annonce-t-il.

S’il faut bien profiter de ce boom et jouer un rôle important pour l’avenir, la GECAMINES est néanmoins appelée à se moderniser. C’est ce que semble comprendre son DG. “Nous sommes bien conscients d’être restés une entreprise du passé, avec une structure en décalage des standards industriels internationaux. Nous avons ainsi décidé de prendre le problème par les cornes en mettant en œuvre une transformation profonde de Gécamines en la dotant d’une organisation moderne, plus décentralisée, basée sur une logique d’unités productives (Business unit, en anglais), responsabilisées et autonomes dans la majorité de leur gestion courante“, annonce-t-il.

Plusieurs initiatives sont annoncées, notamment le rajeunissement de l’équipe dirigeante, la restructuration de l’organisation et un management engagé conduit par des jeunes dont le seul critère de sélection aura été la compétence. Selon le Directeur général, ces actions pourront alors accroître la production de manière significative.  “Gécamines est sûre de porter, d’ici deux ans, le niveau de sa production au-dessus de son seuil de rentabilité situé à 36.000 tonnes de cuivre et environ 1.500 tonnes de cobalt par an et, dans cinq ans, à 100.000 tonnes de cuivre et à au moins 10.000 tonnes de cobalt par an“, annonce M. Kamenga

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Thabo Mbeki: “la situation en RDC est horrible, la SADC doit agir”

Thabo Mbeki a déclaré cela juste avant le début de la réunion…

Joseph Olenghankoy: “je suis l’héritier légitime de Tshisekedi”

Joseph Olenghankoy dit se considérer comme “l’héritier légitime de Tshisekedi”. C’est ce qui ressort de sa rencontre avec la jeunesse de son parti, lundi à Kinshasa.

Jean-Bertrand Ewanga déglingue Vital Kamerhe

L’ancien numéro deux du parti de Vital Kamerhe revient largement sur son départ de ce parti de l’opposition, dans une interview au média Congo Indépendant.

“Je ne vois pas qui que ce soit apporter le moindre crédit à Monsieur Kabila” (Dokolo)

Sindika Dokolo, leader du mouvement des “Congolais débout”, poursuit sa campagne de mobilisation pour obtenir l’alternance politique en RDC. Au micro de Radio France Internationale, le gendre d’Eduardo dos Santos estime que le président congolais ne jouit plus de soutien auprès de la Communauté internationale.