Thambwe Mwamba, l’éternel repris de justice belge?

C’est la folle histoire d’un ancien mobutiste, devenu Kabiliste, bien avant d’être passé par un mouvement rebelle dirigé par le Rwanda, éternellement visé par la justice belge dans des dossiers rocambolesques. Nous sommes en décembre 2002. A l’époque, les billigeants congo-rwando-ougandais de la guerre du Congo viennent de mettre un terme à plusieurs années d’intenses combats qui ont ravagé le pays. A Sun City, un accord est trouvé: un gouvernement d’union nationale va être mis en place, suivi d’un partage des postes.

Pour autant, le 8 janvier 2003, à Bruxelles, un affaire éclate. Elle implique un certain Alexis Thambwe Mwamba. “En cas de visite en Belgique, il pourrait être arrêté“, annonce la presse belge.  “Le suspect a déjà été ministre sous Mobutu. L’argent issu du trafic de coltant sert à financer la rébellion“, ajoute le quotidien Le Soir.

Au coeur du trafic de coltan pour le Rwanda

Le différent qui oppose la justice de l’ancienne puissance coloniale et le cadre du Rassemblement congolais pour la Démocratie (RCD) est sérieux. Il tourne en effet autour du Coltan, le minerais très puisé à travers la planète, à l’origine du conflit le plus meurtrier au monde depuis la seconde guerre mondiale. Lui, Alexis Thambwe, est alors accusé d’avoir blanchi de l’argent provenant de la vente de ces minerais pour la rebellion rwandaise du RCD.

A Bruxelles, l’initiative peu banale et forte en symbole que celle prise par le juge d’instruction bruxellois Michel Claise en charge du dossier de trafic international de coltan. Le porte-parole du parquet de la capitale belge, Jos Colpin, a, en effet, confirmé que le magistrat a officiellement dénoncé au parquet des pratiques de blanchiment d’argent dans le chef d’Alexis Thambwe Mwamba.

En effet, explique la presse belge à l’époque, depuis le mois de novembre, le juge Claise enquête sur un vaste réseau de blanchiment d’argent au départ du Sud-Kivu congolais. A l’époque, les zones d’extraction du coltan sont aux mains de la rébellion pro-rwandaise, le RCD. “Selon les informations recueillies par le magistrat et figurant dans un rapport de l’ONU, l’argent issu de la vente du minerai transite par la Belgique et retourne ensuite au Rwanda afin de financer la rébellion, à qui l’on attribue trois millions de morts“, signalent nos confrères.

A la tête des sociétés d’extraction du coltan se trouve une femme d’affaires placée par le RCD Goma, Aziza Kulsum, contre laquelle le juge Claise a lancé un mandat d’arrêt international pour blanchiment. Ainsi qu’à l’encontre de toute sa famille d’ailleurs.  “Dernièrement, en étudiant les comptes bancaires d’Aziza Kulsum, qu’il a fait bloquer, le magistrat, comme le confirme le parquet, a constaté que Mme Kulsum a versé des fonds très importants à un membre de la rébellion, Alexis Thambwe Mwamba“, révèle LE SOIR.

De nouveau à la barre

Problème à l’époque, Alexis Thambwe est, depuis trois semaines et en vertu des accords de Pretoria, devenue ministre du Plan, à Kinshasa. “L’argent qu’il a reçu à l’époque est passé par la Belgique et a servi à promouvoir la rébellion“, insiste cependant le journal belge.  Par le passé, Alexis Thambwe Mwamba avait déjà été ministre des Travaux publics sous Mobutu et chargé d’autres fonctions sous des gouvernements provisoires.

Les faits dénoncés au parquet, il reviendra à ce dernier de saisir le juge des poursuites à l’encontre du ministre. Le parquet doit aussi informer le ministère des Affaires étrangères belge des constats opérés par le magistrat afin qu’il en informe à son tour les autorités congolaises. Auquel cas, si le ministre ne possède pas de passeport diplomatique, il pourrait être arrêté sur le territoire belge en cas de visite“, explique encore nos confrères.

Mais Alexis Thambwe ne sera finalement pas arrêté. L’affaire, à la tournure politique, sera étrangement enterrée. Cependant, 15 ans après, il semble que la justice belge n’ait jamais oublié l’affront, ni le juge Claise, qui revient en force. A la suite d’une plainte pour Crime de guerre et crime contre l’humanité en juin 2017, l’actuel ministre de la Justice est attendu en Belgique, qui pourrait bientôt le convoquer pour une audition.  Son patrimoine chez le belges serait également dans le viseur de la justice. Un nouvel épisode de la sage Thambwe Mwamba redémarre.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Thabo Mbeki: “la situation en RDC est horrible, la SADC doit agir”

Thabo Mbeki a déclaré cela juste avant le début de la réunion…

Jean-Bertrand Ewanga déglingue Vital Kamerhe

L’ancien numéro deux du parti de Vital Kamerhe revient largement sur son départ de ce parti de l’opposition, dans une interview au média Congo Indépendant.

Joseph Olenghankoy: “je suis l’héritier légitime de Tshisekedi”

Joseph Olenghankoy dit se considérer comme “l’héritier légitime de Tshisekedi”. C’est ce qui ressort de sa rencontre avec la jeunesse de son parti, lundi à Kinshasa.

“Je ne vois pas qui que ce soit apporter le moindre crédit à Monsieur Kabila” (Dokolo)

Sindika Dokolo, leader du mouvement des “Congolais débout”, poursuit sa campagne de mobilisation pour obtenir l’alternance politique en RDC. Au micro de Radio France Internationale, le gendre d’Eduardo dos Santos estime que le président congolais ne jouit plus de soutien auprès de la Communauté internationale.