Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

mardi, juin 2, 2020
DRC
3,326
Personnes infectées
Updated on 2 June 2020 à 21:29 21 h 29 min
DRC
2,772
Personnes en soins
Updated on 2 June 2020 à 21:29 21 h 29 min
DRC
482
Personnes guéries
Updated on 2 June 2020 à 21:29 21 h 29 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 2 June 2020 à 21:29 21 h 29 min

«Je suis un revolutionnaire, pas un criminel » plaide Bosco Ntaganda devant la CPI en Kinyarwanda

Ouvertes le 28 août dernier par les déclarations finales de juges et de la procureure de la cour pénale internationale, les dernières déclarations dans le procès contre Bosco Ntaganda se sont poursuivies mercredi dernier par les déclarations de représentants des victimes.

Jeudi, l’audience s’est essentiellement concentrée sur le réquisitoire et les plaidoiries au cours desquels l’accusé Bosco Ntaganda a été appelé à s’exprimer devant la CPI.

 

Habillé en costume, casquette audiovisuel sur une tête bien rasée, Bosco Ntaganda s’exprime serein en langue Kinyarwanda, qu’il avait choisi dès l’ouverture du procès comme sa langue de comparution.

Dès la première intervention, l’ancien seigneur de guerre de l’est de la RDC (Ituri et Kivu) rejete l’appellation de Terminator, lui collé pour son attrocité. « J’espère que vous savez que le Terminator présenté par le procureur n’est pas moi. Je me suis rendu volontairement à la cour et j’ai travaillé avec l’armée Congolaise et la mission de l’ONU en RDC pour lutter contre les rebelles FDLR à l’est de la RDC » plaide-t-il.

Rappelant qu’il a été un chef de troupes exemplaires, Bosco Ntaganda précise qu’il est un revolutionnaire plutôt qu’un criminel.

À la fin de son intervention, suivie par POLITICO.CD depuis la salle d’audience 1 transmise en direct par le système vidéo de la CPI, le juge principal a annoncé la fin de l’audience en vue de permettre aux juges la délibération dans cette affaire.

« Je suis certain que ce procès ne sera pas facile car au cours de ses trois dernières années, nous avons écouté plusieurs témoignages atroces sur les exactions commises par les troupes sous le commendement de l’accusé dans la région de l’Ituri » à conclu le juge principal.

Fiston Mahamba
- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...