Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

mardi, juin 2, 2020
DRC
3,326
Personnes infectées
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min
DRC
2,772
Personnes en soins
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min
DRC
482
Personnes guéries
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min

La procureure de la CPI appelle à la condamnation de Bosco Ntaganda pour des crimes contre les civils

Fatou Bensouda, procureure de la cour pénale internationale a rappelé que le viol et l’esclavage sexuel commis par les troupes sous le commandement de Bosco Ntaganda doivent être punis car faisant partie des griefs pour lesquels ce tribunal est appelé à réprimer.

« Il s’agit d’une affaire historique en reconnaissant que le viol et l’esclavage sexuel de soldats commis par membres d’un même groupe armé est un crime de guerre pour lequel notre Cour est habilitée à procéder et condamne Bosco Ntaganda. » 

Pour la procureure de la CPI, toutes les atrocités commises par la rébellion dirigées par Bosco Ntaganda étaient planifiées et visaient les civiles membres de groupes ethniques non-Hema.

« Les crimes ne sont pas aléatoires ou spontanés mais faisaient partie d’une campagne de violence, soigneusement planifiée et exécutée, visant délibérément les populations civiles Lendu et Ngiti et d’autres groupes ethniques non-Hema » a rappelé Fatou Bensouda s’exprimant devant les juges de la CPI.

Les déclarations finales du procès dans l’affaire  “Le Procureur c. Bosco Ntaganda” à la Cour pénale internationale (CPI) ont lieu les 28, 29 et 30 août 2018 devant la Chambre de première instance VI au siège de la Cour à La Haye (Pays-Bas).

Des déclarations seront faites par le bureau du procureur, la défense de Bosco Ntaganda et les représentants légaux des victimes. La Chambre de première instance VI est composée de juges Robert Fremr, Chang-ho Chung et Kuniko Ozaki.

Pour rappel, Bosco Ntaganda est ancien chef adjoint présumé de l’état‑major des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC) et doit répondre de 13 chefs de crimes de guerre (meurtre et tentative de meurtre ; attaque contre des personnes civiles ; viol ; réduction en esclavage sexuel de civils ; pillage ; déplacement de civils ; attaque contre des biens protégés ; destruction des biens de l’ennemi ; et viol, réduction en esclavage sexuel, enrôlement et conscription d’enfants soldats âgés de moins de quinze ans et leur utilisation pour les faire participer activement à des hostilités) et de cinq crimes contre l’humanité (meurtre et tentative de meurtre ; viol ; réduction en esclavage sexuel ; persécution ; transfert forcé de population), qui auraient été commis dans la province d’Ituri en RDC en 2002 et 2003.

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...