Les données du ministère de la santé au 5 aout indiquent qu’au total, 43 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région de Beni, où sévit la dixième épidémie d’Ebola depuis début août.

Seize (16) cas sont confirmés et vingt-sept (27) probables alors que trente-un (31) cas suspects sont en cours d’investigation annonce le communique du ministère de la santé.

Trois (3) nouveaux cas confirmés à Mabalako4 nouveaux décès de cas confirmés à Mabalako et observation de la diminution des cas probables à Mandima: “Après investigation, sur les 5 cas probables rapportés dans le bulletin précédent, 3 personnes sont toujours vivantes et ont ainsi été classées dans la catégorie des alertes devant être investiguées”. 

Afin d’éviter que le nombre total de cas varie (à la hausse ou à la baisse) quotidiennement, le ministère de la sante a décidé que les cas suspects soient placés dans une catégorie séparée du tableau récapitulatif de cas. “Ainsi, les cas suspects dont les tests laboratoires se sont révélés positifs seront ajoutés dans la catégorie des cas confirmés alors que ceux qui sont négatifs (non cas) seront retirés du tableau” note le document consulté par POLITICO.CD.


Annonçant que la chaîne de froid pour la vaccination est arrivée à Béni le dimanche 6 août 2018 et que douze équipes de vaccinateurs seront déployées dans les différentes zones touchées, le ministère Congolais de la santé précise que la vaccination devrait pouvoir commencer d’ici la fin de la semaine.

“Le ministère de la santé et l’OMS appliqueront la même stratégie de la vaccination en ceinture qui est une vaccination ciblée visant les prestataires de soin de première ligne, les personnes ayant été en contact avec les cas confirmés d’Ebola et les contacts de ces contacts” note le communiqué.

Fiston Mahamba