En effet, dans les couloirs diplomatiques on est bien conscient d’une chose : “La réalité est que Kabila ne va pas quitter le pouvoir. Maintenant, nous allons encore en dialogue et former le gouvernement de large union nationale. Donc, une transition allant de 2 à 3 ans.”, a lâché une source diplomatique. A en croire la même source, il est fort probable que le leader du Mouvement de libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Mbemba soit nommé Premier ministre.

Les sources concordantes pensent que, la RDC pourrait revenir à sa légendaire formule, le 1+4. C’est à dire, la RDC aura à sa tête un président de la république suivis de quatre vice-présidents. Ou encore, le pays pourra cette fois-ci à innover, en recourant à la formule “1+3” ou encore “1+2” (un président et trois ou deux vice-présidents).

Le 1+… la clé à la crise congolaise?

En outre, dans le cas où il y aura recours à une telle formule, les Assemblées provinciales seront probablement dissoutes avant en vue de diminuer les dépenses publiques et de permettre d’avoir une équipe de plus de 65 ministres et leurs vices. Les gouverneurs de provinces risquent eux aussi, d’être nommés par le Chef de l’Etat et ça sera un partage du pouvoir jusqu’à la municipalité.

D’après notre source, la Communauté internationale serait d’accord avec cette proposition de résolution de la crise congolaise. Et pour ce faire, une diplomatie offensive menée par la Russie et la Chine, serait déjà en marche pour cette fin, en attendant voir l’évolution de la situation politique dans le future et l’adapter au contexte.

Reste à savoir si la formule sera réellement la clé nécessaire à la crise congolaise ou c’est juste question de satisfaire les frustrations des uns et des autres au détriment du Souverain primaire, le Peuple congolais.

Stan

1 comment

Comments are closed.