Selon certains interrogés, ces revendications datent de longtemps mais tardent toujours à avoir une suite favorable. Pendant ce temps, la confusion règne au sein de cette institution ou l’on craint une collision entre les Directeurs entrant et sortant depuis bientôt deux mois.

Depuis environs 5 ans l’on observe une sorte de bras de fer entre le Directeur provincial de la Commission Nationale de prévention Routière (CNPR) et un certains nombre d’agents qui réclament son départ. Ils l’accusent de beaucoup de la megestion avec le soutien de certaines autorités au niveau de la province et de l’obstination à rester à la tète de ce service malgré son affectation à un autre service du Ministère des Transports par le Vice-Premier Ministre, Ministre des Transports José MAKILA SUMANDA.

‘’Nous demandons son départ conformément aux décisions de la hiérarchie et du gouvernement. Depuis avril nous avons déjà un nouveau Directeur avec qui nous aspirons au changement dans la gestion mais il ne veut toujours pas partir’’ s’écrie un agent sous anonymat. En effet, la Direction Générale de la CNPR a nommé depuis 6avril un nouveau Directeur provincial, nomination approuvée le 09 avril 2018 par le Vice-Premier Ministre José MAKILA en sa qualité de Ministre des transports et autorité de tutelle de la CNPR. Le Directeur Janvier Mungera lui est affecté au Comité médical d’Aviation “CMA” en sigle, un service du ministère des transports.

Un fauteuil pour deux?

Fixée au 18 mai dernier par le Ministre Provincial des transports, la cérémonie de remise et reprise n’a toujours pas eu lieu. ‘’Conformément à la décision portant mise en place des cadres et agents volontaires de la sécurité routière…, j’ai l’honneur de vous informer  que la remise et reprise avec le Représentant Provincial entrant est prévue ce 18 mai 2018 ’’ précisait la lettre du Ministre Provincial des Transports dont une copie est parvenue à Politico.cd.

Le Directeur entrant parle d’un mépris insolite des décisions des autorités de tutelle par un cadre de l’Administration publique du rang de Directeur qui ignore que seule la Direction générale et la tutelle ont la compétence de decider sur la CNPR en province. ‘’Il ya lieu de se poser la question de savoir si le Nord-Kivu demeure encore dans la République car incapable de comprendre comment les intérêts égoïstes de certains individus peuvent prévaloir sur ceux de l’ensemble des agents et au-delà, motiver meme le refus presque voilé  d’exécuter les décisions des autorités centrales de Kinshasa en province’’ dénonce un haut cadre de l’Administration publique qui suit de très près cette situation et qui semble – non sans raison – ne pas comprendre comment un individu, en l’occurrence un Directeur d’un service public peut defier son Ministre de tutelle en organisant la resistance face a ses decisions notamment en refusant de procéder a la la remise-reprise pourtant dument notifiée et envoyée ailleurs.

De son coté Janvier Mungera, préfère ne pas faire de commentaires sur la question. Très réservé, il avance ne pas être en bonne santé et incapable donc de répondre à nos questions. ‘’Moi je suis en congé, je ne travaille pas. Je suis en congé médicale, j’ai droit au repos’’ répond il avant de nous renvoyer aux autorités provinciales. Des des agents qui réclament son départ l’accusent de malversations qui selon eux, est à la base du mauvais fonctionnement et du mauvais traitement qu’ils subissent.

Protégé par des autorités ?

Certaines autorités provinciales sont soupçonnées d’entretenir ce cirque observé à la CNPR Nord Kivu. En pleine manifestations, ces agents brandissent une lettre de la CADECO, destinée à leur directeur, et par laquelle la banque réclame un montant de 5 millions de francs congolais emprunté par ce dernier ‘’à titre personnel’’ avec le Vice-Gouverneur de la province comme caution. Pour ces agents, cela est l’un des indices de la complicité de certaines autorités. Ils vont jusqu’à soulever les liens tribaux entre le Directeur sortant Janvier Mungera et l’autorité provinciale.

‘’On sait très bien que c’est parce qu’il est de la meme communauté tribale que le Vice-Gouverneur qu’il s’entête meme devant et contre Kinshasa qui avait dejà decidé de son affectation ailleurs’’ lance Ibrahim Hamadi un agent de la CNPR parmi les manifestants, avant de se poser la question de savoir, “en cette periode depuis que Janvier Mongera a été notifié de son depart de la CNPR au CMA et de la date de remise-reprise avec Bienfait MANEGABE MUSHOBORA à la tete de la CNPR Nord-Kivu de quelle autorité MONGERA depend il et ou envoie -t-il ses rapports depuis plus d’un mois maitenant?”