Dans une lettre ouverte adressée au ministre de l’enseignement universitaire et supérieur parvenue à POLITICO.CD , les étudiants de l’Unigo déplorent la cacophonie constatée dans leur école et invite le ministre Steve Mbikayi à s’impliquer.

En effet, nous constatons une fois de plus une augmentation de 50$ dans les frais académiques par le Comité de Gestion sous prétexte de sauver l’année académique sans consentement de nous étudiants bien que une liste qui circulait comme liste de présence avait été utilisée et annexée à la décision rectorale pour dire que tout
le monde était d’accord avec cette décision ; nous vous rappelons que nous payons les frais sans savoir leur utilisation entre autre“, regrette les signataires.

Ils fustigent la fixation de frais de construction paye de 2011-2016 20$, de 2017-2018 40$ par an et par étudiant qui, jusqu’à aujourd’hui il n’y a aucun signe de construction .

Ces étudiants denocent également la fixation de frais pour achat des matériels informatiques payé en raison de 50$ depuis 2011 par an et par étudiant et pourtant ils n’ont jamais vu le laboratoire informatique.

Dans cette correspondance, les signataires accusent les autorités académiques de l’Unigo de fixer le frais de mobilité des enseignants payé à 50$ depuis 2011 et pourtant l’instruction en
prévoit 20$.

Plusieurs frais sont majorés et payés doublement entre autre le frais de fonctionnement faculté, le frais pour la bibliothèque, le frais pour la carte d’étudiants,… Nous exprimons une fois de plus notre indignation par le fait que nos droits ne sont pas respectés et quand nous revendiquons pacifiquement nos droits nous sommes menacés d’exclusion définitive comme nos 7 camarades exclus en avril” accusent-ils.

C,est ainsi qu’ils exhortent le ministre Mbikayi à diligenter une enquête urgente pour savoir la destination de ce frais .

Ils sollicitent l’intervention de Steve Mbikayi, pour la réhabilitation et/ou la réintégratiion de leurs camarades.

Kerima