Katumbi promet de s’installer à l’Est du pays, s’il est élu Président

La situation sécuritaire dans l’Est du pays où des milices attaques des villes causant d’innombrables morts inquiète l’opposant congolais et candidat déclaré à la présidentielle du 23 décembre, Moïse Katumbi.  Lors d’une conférence de presse durant son séjour au Rwanda où il a participé à une conférence sur la bonne gouvernance, il a promis, s’il était élu, de s’y installer.

La première chose si je suis élu Président, je viendrais m’installer à l’Est du pays, jusqu’à ce que je termine ce petit problème provoqué par les gens qui sont au pouvoir. On tue tous les jours, les congolais sont égorgés comme des animaux“, dit-il.

Comme solution, Moïse Katumbi préconise de mieux structurer l’armée congolaise. “Si on a une armée qui est bien payée, qui est bien formée, vous allez voir qu’on peut terminer ce petit problème-là“, explique-t-il.

Le leader de la coalition ENSEMBLE a également promis de regagner le pays en juillet prochain pour y déposer sa candidature à la Présidentielle. “(…) juillet arrive à grand pas. Je vais revenir en RDC et Kabila ne me fait pas peur“, a-t-il déclaré.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Thabo Mbeki: “la situation en RDC est horrible, la SADC doit agir”

Thabo Mbeki a déclaré cela juste avant le début de la réunion…

Jean-Bertrand Ewanga déglingue Vital Kamerhe

L’ancien numéro deux du parti de Vital Kamerhe revient largement sur son départ de ce parti de l’opposition, dans une interview au média Congo Indépendant.

Joseph Olenghankoy: “je suis l’héritier légitime de Tshisekedi”

Joseph Olenghankoy dit se considérer comme “l’héritier légitime de Tshisekedi”. C’est ce qui ressort de sa rencontre avec la jeunesse de son parti, lundi à Kinshasa.

“Je ne vois pas qui que ce soit apporter le moindre crédit à Monsieur Kabila” (Dokolo)

Sindika Dokolo, leader du mouvement des “Congolais débout”, poursuit sa campagne de mobilisation pour obtenir l’alternance politique en RDC. Au micro de Radio France Internationale, le gendre d’Eduardo dos Santos estime que le président congolais ne jouit plus de soutien auprès de la Communauté internationale.