Ituri: impayés, des militaires et policiers déployés à Djugu obligés de quémander

Le cris d’alarme est lancé par des députés élus de ce territoire qui demandent une solution urgente à ce problème. Selon l’un d’eux Decuvi Machu, intervenu sur Radio Okapi, la population locale se plaint déjà de quemanderies de ces éléments de forces de l’ordre déployés pour la sécurisation de cette région.

Nous constatons qu’il y’a des mécontentements de la population parce-que les militaires commencent déjà à quémander de l’argent au près de cette population” a t il déclaré.

Le gouvernement a confirmé la semaine dernière le renforcement des effectifs de forces de l’ordre (militaires et policiers) pour la restauration de l’autorité de l’État et de la paix dans le territoire de Djugu.

Djugu dans la province de l’Ituri connait des violences liées aux conflits interethniques depuis le mois de janvier 2018. Ces violences ont causé la mort de plusieurs dizaines de personnes, plusieurs centaines de villages incendiés et des milliers de personnes déplacées.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Thabo Mbeki: “la situation en RDC est horrible, la SADC doit agir”

Thabo Mbeki a déclaré cela juste avant le début de la réunion…

Jean-Bertrand Ewanga déglingue Vital Kamerhe

L’ancien numéro deux du parti de Vital Kamerhe revient largement sur son départ de ce parti de l’opposition, dans une interview au média Congo Indépendant.

“Je ne vois pas qui que ce soit apporter le moindre crédit à Monsieur Kabila” (Dokolo)

Sindika Dokolo, leader du mouvement des “Congolais débout”, poursuit sa campagne de mobilisation pour obtenir l’alternance politique en RDC. Au micro de Radio France Internationale, le gendre d’Eduardo dos Santos estime que le président congolais ne jouit plus de soutien auprès de la Communauté internationale.

Joseph Olenghankoy: “je suis l’héritier légitime de Tshisekedi”

Joseph Olenghankoy dit se considérer comme “l’héritier légitime de Tshisekedi”. C’est ce qui ressort de sa rencontre avec la jeunesse de son parti, lundi à Kinshasa.