Selon des sources concordantes, le chef de l’État s’y rend pour palper du doigt la situation sécuritaire dans cette région où des violences interethniques ont fait des milliers de victimes depuis le début de l’année.

L’arrivée de Joseph Kabila dans la province de l’Ituri interviendra donc au moins quatre jours après une série de travaux menés durant plus de deux semaines par le ministre de l’intérieur et sécurité Henry Mova dans la même région. Ayant rejoint Kinshasa ce 16 mars, Henry Mova a déclaré avoir la restauré la paix et rétabli l’autorité de l’État dans cette partie du pays.

Selon le haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés, plus de 57.000 personnes ont déjà ayant fui les violences se sont déjà réfugié dans l’Ouganda voisin.

Cela pendant que le géant pétrolier Francais Total a annoncé la semaine dernière, le renouvellement de son permis d’exploration dans le bloc 3 situé dans le Graben albertine. Région dans laquelle les atrocités sont signalées depuis le mois de janvier 2018 dans la province de l’Ituri.