Des nouvelles attaques ont éclaté dimanche contre les villages Hema périphériques de la ville de Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri ont indiqué des sources de l’armée et de l’église Catholique à Politico.cd.

« Plusieurs villages ont été incendiés car les habitants les avaient déjà abandonnés pour se refugier dans les agglomérations mieux sécurisées. C’est comme dans la cité de Drodro, où le seul milieu habité reste la paroisse Catholique locale. Les prêtres ne savent pas fuir la violence et abandonner ces centaines des personnes ayant trouvé refuge dans cette paroisse » a déclaré la religieuse Angèle Gapio Assiniro, assistante au département des urgences de l’ONG Catholique Caritas.

«Je reviens de l’hôpital général de référence de Bunia. Là il y a plus d’un millier de nouveaux déplacés, qui viennent de s’ajouter aux 18 milles familles (près de 40.000 personnes) qui étaient installées ici dans un camp de transit » a poursuivi Angèle Gapio Assiniro.

Deux agents de services de sécurité dont un militaire et un policier ont été tue dans ces attaques poursuivent les mêmes sources.

« Il y a des conflits intercommunautaires entre les Hema et les Lendus. Nous espérons que ces tensions vont prendre fin bientôt car nous avons déployé les éléments de l’armée dans toutes les zones sensibles. Je confirme qu’il y a un de nos éléments qui a perdu la vie dans les opérations de riposte et d’interposition entre les deux ethnies menées dimanche » a dit à le capitaine Carlos Kalombo, porte-parole de l’armée dans la région. Un deuxième décès a été confirmé par l’ONG Catholique Caritas.

Une forte délégation du gouvernement dont le ministre de la défense et de l’intérieur vient d’arriver dans la région pour apporter une réponse à la crise. Mais la situation reste caractérisée par une psychose totale. Toutes les activités sont restées paralysées à la suite d’un appel à  deux journées de deuil décrétées par les organisations de la société civile locale.

« La ville de Bunia est sous une tension et une psychose totale suites aux récents événements qui se sont déroulés dans les villages périphériques. Il y a paralysie de toutes les activités : les portes de boutiques restent fermées, le marché central n’a pas ouvert et la circulation demeure timide » a déclaré à Politico.cd Fiston Pungwe, chargé de communication au sein de l’ONG humanitaire Samaritan Purse basée à Bunia.

La mission de l’ONU en RDC a déclaré avoir ouvert trois nouvelles bases militaires temporaires dans les agglomérations de Fataki, Djugu et Blukwa. « La mission de l’ONU intensifie également de patrouilles dans le territoire de Djugu depuis le 10 février dernier et mène des consultations avec toutes les communautés ainsi qu’avec les autorités afin de prévenir des nouvelles attaques » note un communique publié dimanche dernier.