CPI: Jean-Pierre Bemba connaîtra définitivement son sort le 8 mars

La Cour pénale internationale (CPI) rendra le 8 mars son jugement en appel contre l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, condamné à un an de prison et 300.000 euros en mars 2017 pour subornation de témoins dans le cadre de son procès pour crimes de guerre.

Le candidat malheureux à la Présidentielle de 2006 été condamné en juin 2016 à 18 ans de prison pour la vague de meurtres et de viols commis par sa milice, le Mouvement de libération du Congo (MLC), en Centrafrique entre octobre 2002 et mars 2003.

Dans cette affaire, Jean-Pierre Bemba avait été reconnu coupable en octobre de la même année d’avoir corrompu 14 témoins, présenté de fausses preuves et sollicité la déclaration de faux témoignages.

L’avocate de la défense, Melinda Taylor, avait alors annoncé l’intention de son client de faire appel du jugement. Pour elle, M. Bemba a été “condamné sur la base de constatations factuelles qui ne sont pas étayées par des preuves“.

La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, avait quant à elle fait appel de la peine. La Cour basée à La Haye prononcera le 8 mars à 10h00 (09h00 GMT) “ses jugements concernant les appels à l’encontre du verdict et de la peine dans cette affaire”, a-t-elle annoncé mardi.

Jean-Pierre Bemba, ses avocats Aimé Kilolo et Jean-Jacques Mangenda, ainsi que le député du parti MLC, Fidèle Babala, et le témoin de la défense, Narcisse Arido, avaient versé de l’argent et donné des cadeaux à des témoins ou leur avaient promis une installation en Europe en échange d’un faux témoignage devant la CPI.

Les co-accusés du leader du MLC avaient écopé de peines allant de six mois à deux ans et demi de prison et une amende de 30.000 euros.

Jean-Pierre Bemba avait par ailleurs interjeté appel en 2016 de sa première condamnation à 18 ans de prison pour crimes de guerre, dénonçant des “vices de forme” et évoquant notamment l’arrestation de son avocat durant le procès. En janvier, sa défense avait accusé les juges en audience publique de “manque d’impartialité”.

Avec Agences.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Thabo Mbeki: “la situation en RDC est horrible, la SADC doit agir”

Thabo Mbeki a déclaré cela juste avant le début de la réunion…

Joseph Olenghankoy: “je suis l’héritier légitime de Tshisekedi”

Joseph Olenghankoy dit se considérer comme “l’héritier légitime de Tshisekedi”. C’est ce qui ressort de sa rencontre avec la jeunesse de son parti, lundi à Kinshasa.

Jean-Bertrand Ewanga déglingue Vital Kamerhe

L’ancien numéro deux du parti de Vital Kamerhe revient largement sur son départ de ce parti de l’opposition, dans une interview au média Congo Indépendant.

“Je ne vois pas qui que ce soit apporter le moindre crédit à Monsieur Kabila” (Dokolo)

Sindika Dokolo, leader du mouvement des “Congolais débout”, poursuit sa campagne de mobilisation pour obtenir l’alternance politique en RDC. Au micro de Radio France Internationale, le gendre d’Eduardo dos Santos estime que le président congolais ne jouit plus de soutien auprès de la Communauté internationale.