21 janvier: mandats d'”amener” contre des organisateurs de la marche

Un mandat d’arrêt a été émis contre les organisateurs de “marches pacifiques” demandant au président Kabila de quitter le pouvoir en République démocratique du Congo, un collectif proche de l’église catholique, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Des mandats d'”amener” ont été émis contre cinq des huit responsables du “comité laïc de coordination” proche de l’épiscopat congolais et reconnu par le Vatican, a indiqué à l’AFP une source au sein du parquet. La raison du mandat d’arrêt n’a pas été précisée.

“Le motif vous sera communiqué sur place”, selon le texte du mandat, d’après la source du parquet. Les responsables du comité se cachent actuellement dans Kinshasa, et seraient sous la protection discrète de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco), selon plusieurs sources.

Ce comité laïc de coordination a lancé un appel à une nouvelle marche ce dimanche pour demander la mise en oeuvre de mesures de “décrispation politique” prévues dans un accord majorité-opposition du 31 décembre 2016.

Les responsables de ce comité (dramaturge, professeurs d’université, activistes…) demandent au président Joseph Kabila de déclarer publiquement qu’il ne sera pas candidat à un troisième mandat comme le prévoit la Constitution. Interdite, leur précédente tentative de marche le 31 décembre à la sortie des messes dans les 160 paroisses de Kinshasa avait été dispersée par les forces de sécurité. Six personnes ont été tuées, d’après les Nations unies et la nonciature apostolique.

Les autorités congolaises affirment qu’aucune personne n’a perdu la vie dans les opérations des forces de sécurité. Le deuxième et dernier mandat du président Kabila a pris fin le 20 décembre 2016 d’après l’actuelle Constitution. La commission électorale a annoncé des élections pour le 23 décembre 2018.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Thabo Mbeki: “la situation en RDC est horrible, la SADC doit agir”

Thabo Mbeki a déclaré cela juste avant le début de la réunion…

Jean-Bertrand Ewanga déglingue Vital Kamerhe

L’ancien numéro deux du parti de Vital Kamerhe revient largement sur son départ de ce parti de l’opposition, dans une interview au média Congo Indépendant.

Joseph Olenghankoy: “je suis l’héritier légitime de Tshisekedi”

Joseph Olenghankoy dit se considérer comme “l’héritier légitime de Tshisekedi”. C’est ce qui ressort de sa rencontre avec la jeunesse de son parti, lundi à Kinshasa.

“Je ne vois pas qui que ce soit apporter le moindre crédit à Monsieur Kabila” (Dokolo)

Sindika Dokolo, leader du mouvement des “Congolais débout”, poursuit sa campagne de mobilisation pour obtenir l’alternance politique en RDC. Au micro de Radio France Internationale, le gendre d’Eduardo dos Santos estime que le président congolais ne jouit plus de soutien auprès de la Communauté internationale.