Monsengwo refuse de se rendre chez Sassou

Une délégation de l’épiscopat du Congo-Kinshasa a été reçue par le président du Congo-Brazzaville Denis Sassou-Nguesso mardi,  par souci d’éviter “le pire” après des violences à Kinshasa qui ont tendu les relations entre les catholiques et le pouvoir, annoncent des sources concordantes.

Les évêques catholique se sont rendus à Brazzaville pour “rencontrer le président Denis Sassou Nguesso”, “chargé du suivi du mécanisme paix et sécurité en République démocratique du Congo et dans la région des Grands Lacs”, a déclaré à la presse leur porte-parole, l’abbé Donatien Nsholé.

“La marche du 31 décembre dernier à Kinshasa a été évoquée”, a-t-il déclaré. “Si l’on n’y fait pas trop attention, si on prend à la légère la situation, on risque de vivre le pire”.

Cependant, selon des sources concordantes, le Cardinal Laurent Mosengwo, qui était censé mener cette mission, a décliné l’invitation du président du Congo-Brazzaville.

L’archevêque de Kinshasa est resté injoignable aux appels de POLITICO.CD pour confirmer cette information livrée par plusieurs sources tant proches de la CENCO, que du pouvoir congolais.

Ces derniers jours, le cardinal Monsengwo s’est attaqué au régime du président Kabila, après la répression deux jours plus tôt d’une manifestation de catholiques où, selon l’ONU, au moins cinq personnes ont été tuées.

L’archevêquede Kinshasa y fustige les dirigeants “incapables de protéger la population, de garantir la paix”, et demande que “les médiocres dégagent” du pays.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Thabo Mbeki: “la situation en RDC est horrible, la SADC doit agir”

Thabo Mbeki a déclaré cela juste avant le début de la réunion…

Joseph Olenghankoy: “je suis l’héritier légitime de Tshisekedi”

Joseph Olenghankoy dit se considérer comme “l’héritier légitime de Tshisekedi”. C’est ce qui ressort de sa rencontre avec la jeunesse de son parti, lundi à Kinshasa.

Jean-Bertrand Ewanga déglingue Vital Kamerhe

L’ancien numéro deux du parti de Vital Kamerhe revient largement sur son départ de ce parti de l’opposition, dans une interview au média Congo Indépendant.

“Je ne vois pas qui que ce soit apporter le moindre crédit à Monsieur Kabila” (Dokolo)

Sindika Dokolo, leader du mouvement des “Congolais débout”, poursuit sa campagne de mobilisation pour obtenir l’alternance politique en RDC. Au micro de Radio France Internationale, le gendre d’Eduardo dos Santos estime que le président congolais ne jouit plus de soutien auprès de la Communauté internationale.