Dans un communiqué publié sur son site internet le 1er décembre, le groupe agroalimentaire suisse justifie cette décision par la volonté de réorganisation de ses activités en Afrique.

À cette fin, en République démocratique du Congo (RDC), nous fermerons notre usine et notre siège social d’ici la fin du mois de janvier et poursuivrons le développement de notre modèle économique de distribution par des tiers. Cette nouvelle formule nous permettra de nous concentrer exclusivement sur la consolidation de nos ventes et de notre distribution dans le pays. Nous n’envisageons pas d’apporter des changements dans notre portefeuille de produits“, explique le communiqué consulté par POLITICO.CD.

Nous apporterons toute notre aide à nos employés par une compensation à tous les postes qui deviendraient disponibles à la suite de ces changements. Nous sommes reconnaissants à notre personnel pour leur contribution à l’activité de Nestlé en RDC. Nous proposons un ensemble de mesures compensatoires plus favorable que ceux prévus par la législation du travail au plan local. Nous nous efforçons de minimiser l’impact sur les personnes touchées, en leur fournissant une compensation et un soutien équitables“, ajoute-t-il.

Le groupe était pourtant dans une phase de développement l’année dernière.  En mai 2016, le directeur général de Nestlé, Erna Konak, annonçait le début d’une étude du terrain menée par ses agents pour l’implantation de l’usine du lait Nestlé dans la province de la Tshopo.

 

Par ailleurs, Nestlé estime avoir investi environ 1,2 milliard de dollars en Afrique au cours des cinq dernières années pour renforcer ses capacités de production locales, élargir ses réseaux de distribution et développer plus de produits adaptés aux goûts et aux besoins locaux. Le groupe s’attendait, en 2012,  doubler son activité sur le continent d’ici à 2020.

2 comments

  1. Pas etonnant de voir cette grande et prestigieuse multi-nationale se retirer de la RDC, un pays devenu paradis des criminels, pilleurs, maffiosi de la trempe d’un Dan Gertler et sous la botte d’un president illegal & illegitime vomi par la population!

    Tenez dans quel Pays au Monde trouve-t-on un ex-maquisard sorti du neant s’arroger un pouvoir dictatorial avec l’aide des traitres-fils de ce Pays, et qui fait plus de 16 ans au sommet bradant et detournant le patrimoine de l’Etat pour s’enrichir illicitement et sa famille d’intrus Tanzaniens? Pire, pietinant la Constitution et revant presidence-a-vie.

    1. Les raisons avancées par cette entreprise cache les vrais problèmes de la RDCONGO. Un pays en voie de disparition, une jungle de la maffia institutionnalisée, une population appauvrit à l’extrême, une économie qui n’existe pas, une monnaie qui ne vaut plus rien, une insécurité entretenue volontiers bref une situation qui n’a rien envier à l’époque du dernier empereur romain alors que l’empire était entrain de s’écrouler. Aucune entreprise digne de ce nom ne peut investir dans ces conditions, quoique de plus normal que les entreprises étrangères ferment les unes après les autres et surtout qu’elles ont encore le mauvais souvenir des pillages de triste mémoire.

Comments are closed.