Il n’y a pas eu de révolution jeudi en République démocratique du Congo comme le projetait les opposants politiques et les mouvements citoyens. Les militants anti-Kabila ont été réprimés dans les rues de plusieurs villes du pays.

Alors que le pouvoir y voit un échec définitif de l’opposition, certains, comme les Congolais Debout, appellent à continuer la lutte.  “Ne lâchons rien. Continuons la mobilisation avec comme motivation cette sage pensée de Nelson Mandela” a lancé Sindika Dokolo, président de ce mouvement citoyen.

Comme lui, plusieurs autres leaders politiques ont promis de continuer à se battre.  Claudel André Lubaya, président du parti de l’opposition Union Démocratique Africaine Originelle (UDA Originelle) et cadre du Rassemblement promet de son côté de continuer. “En recourant à la répression aveugle et à la militarisation à outrance du pays pour étouffer les manifestations pacifiques, le pouvoir en place a fait preuve de sa lâcheté et de sa peur face à un peuple sans armes

Sous d’autres cieux, poursuit-il, des pouvoirs qui se croyaient immortels ont été renversés par des peuples en colère. “Le Congo n’échappera pas à cette vérité historique et ce n’est plus pour longtemps. La lutte continue et le peuple vaincra!“previent-il.

7 comments

  1. Le peuple de janvier 1959 n’est plus ce qu’il était. C’est une triste réalité. Beaucoup d’eau de désespoir et de traîtrise a rendu cette population apathique et je le comprends. Sindika se réveille à nouveau, nous ne l’avons pas entendu avant la marche pour motiver ceux qui ont choisi son mouvement citoyen pour la marche d’hier. J’ai la triste impression que cela devient une histoire de chapelle. Quand je ne suis pas de ta chapelle, je te laisse te débrouiller seul. C’est malheureusement ça nous les congolais. Je n’ai ni entendu le Mlc, l’Unc ou même Claudel Lubaya. Trop d’hypocrisie qui annihile un travail qui se veut collectif. Qui gagne dans tout ça, ben c’est Kabila et son régime.

  2. l’opposition et la société civile doivent changer des stratégies, Felix Tshisekedi doit comprendre qu’il n’est pas son père encore moins un leader a même de mobiliser la rue. Sindika comme j’ai eu à le dire plusieurs fois sur cette plate forme c’est un leader des réseaux sociaux donc un leader virtuel. Que l’opposition et la société civile se mettent ensemble pour préparer les élections de 2018 comme c’est le souhait de la communauté internationale.

  3. Les stratégies doivent changer. Préparons nous à une alternance effective et non à une alternative. L’opposition doit bien réfléchir pour accompagner le peuple vers les véritables élections.
    La MP est aux abois et à cours de stratégies pour se maintenir au pouvoir. Il faut la coincer dans son calendrier publié, le contraire risque d’être bénéfique pour elle.
    Quant à Sindika, il n’a aucune connaissance sur la politique ni sur la mobilisation. Ni lui, ni le fameux Abbé de l’archidiocèse de Kinshasa ne se sont fait entendre. Surement qu’ils sont en Europe et ne font qu’appeler les autres pour lutter et eux viendront chercher à être servis lors de la victoire.
    Plus besoin des ouvriers de la dernière heure pour être payer la même valeur que ceux qui ont travailler pendant plusieurs années.

Comments are closed.